Quoi de neuf ?

✒️ Plume ardente Les recompositions cathartiques

-Forest-

Initié(e)
Inscrit
14/10/19
Messages
277
Réactions
126
A quoi sert la jeunesse, voire le monde, si l'on ne peut pas rêver? L'important est de se projeter dans un équilibre parfait entre fatalité, rêve, désir, impossibles, etc. Mais si l'on ne peut pas rêver, alors autant mettre la clé sous le paillasson, bordel de cul
J'aime cette provocation, le fait que je dois façonner cette violence sous-jacente pour en faire un "art" introspectif, arrogant et prétentieux, me convient parfaitement
 

-Forest-

Initié(e)
Inscrit
14/10/19
Messages
277
Réactions
126
Dans cette Citroën Saxo délabrée, je m'enfonce vers des abysses étoilés et plein de noirceur. Le bitume laisse s'échapper des miettes éclatées, des fragments d'astéroïdes, avant de retomber avec fracas dans un lointain non-situable. J'appuie sur l'accélérateur, pour aller nul part. Juste ce besoin de rouler dans une nuit perdue parmi d'autres.
Est-ce que la phrase "juste une phrase par jour" se tient?
J'ai mis un CD que j'ai moi-même gravé, dans ce vieil autoradio tout aussi délabré, vieux comme le monde. Il y avait de la brain techno fulminante et ascétique qui sortait de ces hauts-parleurs poussiéreux, entrant en collision douce et non-violente avec mon propre cerveau malade.
Les sujets c'est non-appropriés, seul le feeling compte avec mon être incapable de créer des cartographies, mais seulement capable de créer des tissus diffus.
Le bruit du carburateur se fait plus insistant, comme quelqu'un frappant de plus en plus brutalement à une porte en mode "POLIZEI, OUVREZ". Il n'y a personne sur la route, je ne fais qu'avancer, car l'ennui je l'embrasse et je le dénigre à la fois.
 

-Forest-

Initié(e)
Inscrit
14/10/19
Messages
277
Réactions
126
C'est très puissant et tiraillé, étrange, à la fois. Comme une sorte de crise de nerf inconsciente, diffuse, quelque chose qui se déploie en avant, comme des crocs acérés mais qui ne vise pas juste, puis ça protège, un bouclier, voilà
Une voiture bien propre, nettoyée, Citroën de 2004, toute lustrée, carburateur au bruit agréable, autoroute qui s'étend à perte de vue sur une dimension crépusculaire, personne sur la route, confinement, malaise, infection, contagion sociale
Les couleurs de ces beats résonnent en moi, me font oublier notre condition d'hommes et de femmes purement mortel.e.s. Peut-être que ces crocs sont une solution, seulement je ne sais pas si ça l'est pertinemment sur le long, ou même seulement le moyen terme
J'appuie sur l'accélérateur, tandis que les beats colorés recouvrent le bitume sur un crépuscule mélodieux et chaud, comme une mauvaise-belle fresque vaporwave style 80s
Je me fume une clope, pour évacuer une trop forte pression. La fumée que je ne connaitrais jamais s'insinue d'abord brutalement dans mes poumons pétrifiés, puis comme un opium diffus, hybride, ils sont ensuite soumis à la douce décharge électrique, à l'apaisement
 

-Forest-

Initié(e)
Inscrit
14/10/19
Messages
277
Réactions
126
Une bonne réflexion est la suivante : ce topic ne sert à rien, et rien de ce que je fais n'a une quelconque utilité sociale, si l'on joue à s'évaluer comme des ordinateurs bipèdes
Je me plonge dans une hibernation le temps du confinement, l'hibernation me paraît être un cadeau puissant, une anesthésie
Puis on verra le réveil
 

-Forest-

Initié(e)
Inscrit
14/10/19
Messages
277
Réactions
126
Je ressens un chaos silencieux, je ressens le besoin d'écrire, mais pour dire quoi?
Je ressens le béton, l'herbe, les oiseaux. Et eux. Il me faut essayer de faire comme si de rien n'était en temps de guerre
C'est beau ce qui est mignon, la sensibilité, l'enfantin. Parfois le monde me paraît si violent, si injuste, et je veux juste me réfugier dans l'enfance, dans l'insouciance pure. Peut-être devrais-je adopter une série de comportements me permettant d'atteindre un tel but, comme arrêter de regarder les infos, je ne sais pas
Je ressens de la répétition, une complexité inutile, mais c'est justement ça que je cherche à combattre, ou à esquiver...Que faire? Comment le faire différemment?
Le même décor, les mêmes décors, comment les embellir?
Juste essayer, juste ne pas me mettre la pression, essayer de toucher comme une fibre du doigt
 

-Forest-

Initié(e)
Inscrit
14/10/19
Messages
277
Réactions
126
J'aime entendre tous ces beats colorés, ces mélodies digitales sorties des fleuves numériques, lesquels ne seront jamais visibles à l'oeil nu mais seulement pour l'imaginaire fécond, fertile, extatique, le fantasme de la pensée
J'aimerais être insouciant des dérives du futur, me sentir libre, juste libre, ne plus avoir peur de ce qui pourrait advenir de mal
 

-Forest-

Initié(e)
Inscrit
14/10/19
Messages
277
Réactions
126
J'aimais me pencher à la fenêtre, sentir le froid doux coller à mes bras, entendre le silence d'un vent monotone et diffus s'entrechoquer avec le béton, voir les tours de la Défense faiblement illuminées, comme si la Défense dormait, était en hibernation pour on ne sait combien de temps, combien de siècles, de cycles sacrés
Je contemplais, par delà ma terrible fatigue rendant ce petit corps faible lourd et omnipotent, les lumières aux balcons, et puis ce ciel bleu...ce ciel bleu marin, lui-même et lui aussi doux
 

-Forest-

Initié(e)
Inscrit
14/10/19
Messages
277
Réactions
126
Parfois, l'ennui est si vague, diffus et perfide, que j'en viens à m'émerveiller faussement devant la qualité du béton constituant les immeubles en face de mon être
Les désillusions et les voltes-faces sont nombreux, ça fait du bien de se sentir uniquement abandonné au présent, alors que le futur...je suis revenu et je savais pas quoi dire
****
Je me sens comme un amas d'absurdité, d'humeur changeante et intense, d'introspection belle mais interminable, de troubles autistiques, pour reprendre son terme. Je me demande ce que je suis, je suis quoi?
 

-Forest-

Initié(e)
Inscrit
14/10/19
Messages
277
Réactions
126
Le béton m'ennuie, seule la nuit me rassasie dans une extase inégalée. Voir toutes ces jolies lumières, sentir un vent doux-froid me percuter tandis qu'un bleu profond m'engloutit, que je suis au bord de ma fenêtre, tout ça est un véritable orchestre, une véritable délivrance du confinement
Je ne veux pas sortir, ça sert à rien de sortir, c'est la même putain de banlieue
 

-Forest-

Initié(e)
Inscrit
14/10/19
Messages
277
Réactions
126
Je ne veux pas aller vérifier
L'ennui j'essaye de le faire mien, j'essaye de l'absorber, d'absorber mes émotions, comme une éponge vivante, hybride, dévoreuse mais silencieusement, doucement
J'écoute ces morceaux de rock alternatif
J'essaye de me battre, vaillamment, j'essaye de me dire que c'était mon imagination, rien de plus
La page blanche, je l'enserre sans violence, je me laisse guider, je me laisse flotter, je me laisse trépider d'impatience, je me laisse être consumé par un feu terrible
Je me sens vivre, à travers une écriture des sens, une écriture du vide, une écriture de celui qui ne sait pas écrire, qui ne sait rien faire, ou du moins qui ne connaîtra jamais la perfection, ce qui en soi est une délivrance
 

-Forest-

Initié(e)
Inscrit
14/10/19
Messages
277
Réactions
126
Le monde m'apparaît si bizarre. Tant d'impossibilités cumulées, à cause d'une vulgaire psychose, et pas si vulgaire que ça, paradoxalement...
J'aurais aimé y aller, y aller, dans cette galerie, mais la psychose m'en empêchait. Tout comme j'aurais pu sortir pour prendre du pain, mais à quoi bon?
Tout dehors me paraît soit beau, soit dangereux et imprévisible. Parfois, je me vois déconstruire les mécanismes de la psychose, je me vois l'inverser paisiblement
J'aimerais tant y arriver
 

-Forest-

Initié(e)
Inscrit
14/10/19
Messages
277
Réactions
126
Je me sens sortir d'une caverne douce, comme émergeant d'une stase mystique. L'acid jazz fécond me fait danser intérieurement, et un champs de blé s'étendant à perte de vue vient interagir avec une vision mentale longtemps bercé par une morosité terrible
Actuellement, je ne ressens aucun sens à cette existence, quoique non...je ressens un Sens profond, entraîné par des nodules étranges, beaux, bref, je ressens une anarchie en moi, quelque chose de nouveau qui appelle à la destruction d'une introspection toxique
Vous savez quoi? Je rêve de ruines, je rêve de villes mortes dans lesquelles la végétation reprend ses droits, je rêve d'autoroute à l'asphalte et au goudron perforé par des siècles d'hibernation fatale. Je rêve de délabré, de catharsis qui laisse dans mes jambes des crampes douces
Je rêve d'une banlieue perdue dans une campagne meurtrie, de maisons recouvertes de branches épaisses et de verdures vivantes. Je cherche l'imaginaire, à en extraire une essence pour voler en mon sein maudit. Peut-être bien que les notions de libération de soi et d'enfermement sont obsolètes. Tout ce qui compte c'est ma présence-ci, mon enracinement-là, perdu dans un vide cosmique auquel il faut ajouter soi-même une signification
Le supercalculateur s'était endormi pour un long sommeil qui allait durer, puis un bâillement intervint et le monde reprend de ses couleurs, les mots ajoutent à la densité quelque chose de lisse, des étangs bleuâtres magnifiques, purs, tout neufs pour reprendre l'abominable crédo d'industries abjectes
Je crois chercher une absoluité, vous savez? Ce petit quelque chose caché qui permet de magnifier la réalité, de lui donner LA tournure que vous souhaitez lui procurer. Je cherche à déverrouiller une énergie incroyable, une sorte d'élixir englobant tout ce qui Est, ce qui doit être. Vous savez que quelque chose ne va pas, qu'il y a des incohérences dans le quotidien, et pourtant vous voulez simplement vous unir à un monisme magnifique. Vous voulez Tout, l'extase du Moi unit à son environnement, à ses circonstances multiples incalculables
Mais pourtant il manque quelque chose, il me manque un créneau de l'imaginaire que j'essaye de faire revenir. Avant, nous bâtissions des mondes et les clés d'une peinture illimitée. Maintenant nous en sommes à composer avec un langage qui paraît si vaste, et qui pourtant montre ses limites. Mais peut-être que les limites sont fictives, ne sont que des obstacles d'un parcours du combattant qui ne dit pas son nom
Attends, essaye juste de visualiser un canevas vierge...
Je ressens le paysage d'une vaste banlieue perdue au milieu de nulle part, maisons par maisons, troncs d'arbres effondrés par dizaines...
Attends, il y a...
 

-Forest-

Initié(e)
Inscrit
14/10/19
Messages
277
Réactions
126
Des roues dentées. J'esquive le vent d'orfèvre. Je danse sur un long chemin pavés, sur de longs pavés. J'aime sentir l'adrénaline affluer dans mon cerveau malade. Mais surtout, j'aime y voir une poésie de l'Intégralité. L'Intégralité Est, elle s'impose à nous comme un étrange abysse et des dés galactiques résonnent contre un métal soit chaud, soit froid.
Il y a cette crainte de ne pas avoir de sens, d'échapper à la substance qui tisse le sens. Or, la solution semble être de se laisser happer par tout ce qui Est. On n'est plus l'esclave d'une sélectivité dictatoriale, on Vit, juste pour remplir un besoin d'existence
Mais pourtant quelque chose cloche, comme une mystérieuse amputation
Un vide s'approche à bas bruit. Il m'appelle, il me terrifie silencieusement
 

-Forest-

Initié(e)
Inscrit
14/10/19
Messages
277
Réactions
126
Je ressens l'alcool comme un sédatif discret. Amon Tobin me chante à l'oreille que l'apocalypse a commencé. Je suis assis à cette table, contemplant la misère de ma vie, de mon quotidien. Je ressens des pics émotionnels, comme les vagues déchaînées je surfe sur elles. Je ressens chaque émotion comme un poing dans la gueule. 'Manque plus que la sertraline et le feu d'artifice débutera
 

-Forest-

Initié(e)
Inscrit
14/10/19
Messages
277
Réactions
126
Le néo-classique résonne en moi, la douceur de l'intemporel me berce tendrement tandis que des émotions positives m'accompagnent quelque part, où je ne connais ni de signes, ni d'objectifs
C'est ainsi que les tailles n'ont plus d'importance, seul l'Être le devient, il épouse mon corps, sa continuation subtile. J'ai découvert l'Absolu, pendant quelques petites minutes, tout semblait devenir immortel. On serait devenu immortel, on se serait tenu la main, sans d'autres objectifs que de se sentir Être
Mais si le temps n'est Pas, ne gâchons nous pas notre vie? J'aimerais avoir des réponses
 

Sujets sponsorisés ⭐

Activité récente 🌱

Haut