Quoi de neuf ?
Tu as un vélo et tu recherches un petit boulot pour faire de l'argent de poche avant ou après les cours ? Deviens coursier Ubereats sans plus attendre 🚴‍♂️🍔💰

Ma triste histoire

Laureen_The_Unicat

Vagabond(e)
Inscrit
1/7/19
Messages
12
Réactions
1
Ceci est un copier-coller d'un message de moi qui vient du forum psychologie harcèlement scolaire. Je le copier-colle pour faire une suite à mon message sur ce forum parlant de mes soupçons sur le fait que je pense être peut-être autiste. Ce message a été écrit avant celui sur mes soupçons.

Ceci est un copier-coller de Aufeminin que j'ai copier-coller sur Doctissimo puis sur Adoasis. Ceci est une histoire vraie.
Veuillez cliquer sur Connexion or S'inscrire pour voir le contenu.


Tous les mots en gras datent de juillet 2019, tout ce que j'ai écrit date de août 2018

Bonjour à tous !
g20

Déjà j'ai galéré à trouver un forum sérieux pour être franche, je voulais aussi un forum sécurisé car j'utilise le PC portable de mon frère qu'il me prête et que je ne veux pas que son PC meurt à cause d'un virus.
g14

Bref ceci n'est pas le but de la conversation.

Je me présente mon nom est Laureen et je vais avoir 13 ans le 27 Octobre prochain.
Depuis toute petite je me suis sens rejetée par les autres, je m'explique : Quand je suis arrivée en petite section je n'avais pas l'envie de parler aux autres mais voyant les autres faire j'ai décidé de faire pareil. D'après mes souvenirs j'avais quelques ami(e)s mais c'est tout et je n'étais franchement pas très populaire mais je m'en contrefichais. En moyenne et grande section j'avais une "
Veuillez cliquer sur Connexion or S'inscrire pour voir le contenu.
" qui s'appelait Noëmie et elle avait 1 an de moins que moi et quand je traînais avec elle elle me rejetait et pourtant je revenais quand même vers elle. Des fois j'étais seule dans la cour de récréation, je regardais les nuages, jouais dans l'herbe,regardais les coccinelles et leurs larves, regardait l'herbe bouger dans le vent, dansais, chantais... et je préférais jouer toute seule qu'avec mes ami(e)s. Ma vision du monde et de la vie à l'époque : "Tout est rose et tout le monde est pareil !
g24
" même si au fond de moi je comprenais déjà pas ce monde et je me sentais déjà différente mais j'étais trop jeune pour m'en rendre compte...

Quand je suis
Veuillez cliquer sur Connexion or S'inscrire pour voir le contenu.
en CP j'ai arrêté de traîner avec Noëmie qui elle était encore en maternelle et je me suis mise à trainer avec Emma qui avait mon âge te avec qui je trainais de temps en temps en maternelle et un peu Anaïs qui avec je traînais un peu en maternelle. Je jouais avec Emma bref les m.a. mais quand je ne lui obéissais pas elle pleurait et appelait ses ami(e)s CE2 pour qu'il me court après pour me forcer à m'excuser. Bref c'était une peste mais je ne le voyais pas pour moi c'était une de mes seules amies et j'étais heureuse qu'elle reste avec moi.

Le CE1 s'est parfaitement bien passé car là Emma ne pouvait pas appeler ses ami(e)s.

En CE2 les parents devait décider si on faisait le CE2 à notre école actuelle qui faisait CP CE1 CE2 ou aller dans une autre école plus haut qui faisait CE2 CM1 CM2. Ma
Veuillez cliquer sur Connexion or S'inscrire pour voir le contenu.
et mon
Veuillez cliquer sur Connexion or S'inscrire pour voir le contenu.
voulait que je reste dans l'école actuelle tandis que la mère d'Emma voulait qu'elle ait dans l'autre école ce qui arrangeait ma mère carpour des raisons familiales détestait la mère d'Emma.

Donc mon CE2 était la meilleure année de ma vie car je me suis rapprochée d'Anaïs, le prof était un ami de ma mère donc il savait comment j'étais et il était ultra cool avec moi !

En fin de CE2 je me disais que c'était trop cool, que je rentrais en CM1 dans la nouvelle école, cette cour était grande avec de l'herbe dans le fond par rapport à l'autre cour, certes l'école est plus petite que la précédente mais c'est pas grave !

Le CM1 a été la pire année de ma vie !!
g30


J'ai retrouvé Emma comme prévue et aussi Andréa que je ne vous ai pas parlé que j'ai rencontrée en CE1 qui était nouvelle. Avec Emma, Anaïs, Andréa et moi on a formé un groupe d'amie. J'avoue que je ne me sentais vraiment pas à la place dans un groupe. J'étais souvent rabaissée par Emma et Anaïs. Andréa en cours de route est partie dans un autre groupe de filles. J'étais plus qu'avec Emma et Anaïs tout le temps. En mai 2015 Anaïs a commencé à venir chez moi puis un jour elle a dormi chez moi. Quelque jour plus tard je viens chez elle et vois des jouets à moi dans sa chambre donc je lui fais remarquer qu'on a les même jouets et elle a dit oui et vu comment je suis naïve je l'ai cru mais de retour chez moi des jouets avaient disparus donc je panique et prévient ma mère. De retour à l'école je commence à prévenir les autres qu'Anaïs est une voleuse et pour me faire payer avec Emma elle commence à me harceler mais je reste dans le secret...

En CM2 à la rentrée j'avais peur que sa recommence donc je reprenais mes habitudes de fin de CM1 c'est-à-dire : Restée seule dans la cour comme j'ai toujours aimé et me faire insulter...mais une amie de CE2 est venue me voir et m'a demandé si je voulais jouer avec elle et j'ai accepté puis elle m'a défendue contre les autres pestes et on est devenue m.a.

En 6e j'ai retrainé avec Emma et Anaïs et Emma m'a fait une vacherie en cours d'année (je ne veux pas en parler) et à quitter le collège donc il me restait plus qu'Anaïs.

En 5e je me suis forcée à me faire des amis et j'ai réussi ! Emma est revenue et Anaïs m'a fait une vacherie, elle m'avait soi-disant rendu tout mais en allant chez elle j'ai retrouvé des jouets à moi... Aussi j'ai un petit copain qui est autiste masi je le comprends. Les gens se moquent de nous... ça en devient du harcèlement...

J'ai peur pour la 4e de me retrouver seule, pour moi me demander de me faire de nouveaux amis ou d'être moins
Veuillez cliquer sur Connexion or S'inscrire pour voir le contenu.
et réservée c'est comme si on demandait à un boiteaux de courir ou à un aveugle de marcher tout droit !!!!

Je pense poster un autre message demain sur un autre sujet, normalement tout aurait dû être dans celui là mais j'ai commencé à écrire à minuit et là il est 1h25 !
g19
Et surtout je fatigue !
g38


Merci de m'avoir écoutée, j'avais vraiment besoin de parler ! J'attends vos réponses, bisou !!
g20


Une fille du nom de Chloé est jalouse de moi car elle aime mon petit copain et elle m'a d'ailleurs rabaissée, harcelée puis volée.

La 4e

Je pensais sérieusement que cet enfer était terminé depuis que j'ai été diagnostiquée asperger mais non. Mon ex petit copain est autiste et il me faisait souffrir inconsciemment donc je l'ai quitté pour lui faire comprendre d'essayer de se contrôler. Il l'a extrêmement mal pris et s'est bloqué puis depuis refuse de me parler, il m'a quand même dit que ce jour-là je l'avais tué. Il me dit qu'il me hait et j'en peux plus. Ma dépression s'est aggravée avec des tentatives de suicides depuis ce jour, ça s'est passé le 10 décembre 2018. Sachant qu'il s'est rapproché de Anaïs et Chloé. Il les a choisies à moi sachant qu'il sait très bien ce qu'elles m'ont fait.
 

Sylen

Vagabond(e)
Inscrit
3/7/19
Messages
38
Réactions
33
Eh...
J'ai lu rapidement le texte sur ton parcours, plus soigneusement la fin, mais je suppose que c'est le plus important.
L'école n'est pas forcément facile, mais c'est le cas pour beaucoup... En revanche, le collège peut achever une jeune fille ou un jeune garçon, parce que ça tombe à un moment de la vie très particulier. La rentrée au collège coïncide généralement avec l'adieu à son enfance, la transition promise vers le monde des "grands", mais... Au lieu de trouver un tapis doré pour révéler le sens de sa vie, on peut parfois tomber sur un marécage sombre et gluant.
Honnêtement, au collège, par rapport à l'état d'esprit, à la maturité, aux réactions sociales, j'ai trouvé que c'était un désastre. Le monde animal est carrément moins bestial et arriéré. Et quatre ans dans ces circonstances, ça peut paraître très long...
Il y a deux solutions : prendre son mal en patience en attendant le lycée, ou finir le collège soi-même en cours par correspondance (CNED). La dernière option impose de savoir se gérer, d'être responsable, honnête et sérieux... et aussi d'avoir des raisons suffisantes pour que ça soit accepté (voir avec ses professeurs, son proviseur, des psychologues...).

Bon, mais je n'ai encore rien dit de vraiment constructif, je crois.
Tu sais, je ne suis plus adolescent maintenant. Le collège et le lycée sont derrière moi. Je suis ici parce que j'ai gardé un contact fort avec l'adolescent que j'étais, ou peut-être même avec l'enfant que j'étais, et que ça me fait plaisir de cheminer dans ce joli forum... J'ai écrit ce petit poème à propos :

La joie soutient l'enfant
De se savoir grandir
Heureux d'avoir un an
De plus à se vêtir

Surgit l'adolescent
Qui rêve et qui chantonne
Enthousiasmé autant
Qu'une fleur qui bourgeonne

Et puis, on a vingt ans
Et on se dit, en somme
Qu'on s'est donné l'élan
De devenir un homme

Alors, à cet instant
On comprend que sa vie
Forgée aussi longtemps
N'a pourtant pas vieillie

Le cœur reste un enfant
Qui sait toujours sourire
L'âme un adolescent
Et le rêve est son rire



Ce que je voudrais te dire, c'est de prendre du recul. N'écoute pas forcément ce que tu entends avec l'oreille, mais ce que tu comprends avec le coeur. Ne crois pas forcément ce que tu vois, mais regarde ce que tu ressens. Ce que je veux dire, c'est que le monde n'est pas figé dans cet état qui te désespère. Le monde, c'est ce qu'on y apporte... C'est la somme de tous les coeurs... Tu te rendras compte que ce qui a le plus d'importance, c'est ce qui échappe aux sens et à la raison : un regard, un sourire, l'intonation d'une voix, la chaleur de la gratitude pour un inconnu qui un jour t'a apporté quelque chose de précieux... L'important, c'est ce que tu es ! Ne laisse jamais les autres te voler ton estime, ta liberté, ton coeur. Le monde est trop dur, il manque trop de douceur, de compréhension, de subtilité ? Sois une guerrière de la douceur et de la subtilité ! Si tu disparais, le monde sera pire encore. Si tu es là, tu peux lui apporter ton coeur. N'est-ce pas une raison de vivre ? Un jour, tu prendras soin de quelqu'un, tu lui diras quelque chose qui va le toucher, peut-être que tu vas lui sauver la vie. Peut-être qu'il y a une personne que tu ne connais pas encore qui va être malheureuse toute sa vie, sauf si elle te rencontre. Tu as pensé à ça ? L'école, ce n'est pas le bâtiment... C'est la vie ! Tu as treize ans, c'est à dire que tu es une aurore. Dans sept ans tu en auras vingt, tu seras devenue une jeune femme qui apporte de la beauté au monde. N'est-ce pas ? Si tu desespères, ce n'est pas parce que tu es superficielle, mesquine et que tu trouve ton plaisir à torturer les autres ! C'est parce que tu ne vois pas encore dans la vie le reflet que tu voudrais voir. Donc, c'est parce que la vie a désespérément besoin que tu sois là pour refléter ce qu'il lui manque ! Ne crois-tu pas ?
 

Ragnarokk

Grand(e) sage
Inscrit
17/4/19
Messages
577
Réactions
277
Il faut que tu précises ce que tu attends. Si c'est un conseil, le premier qu'on puisse te donner est de parler de ta situation à des adultes : parents avant tout, profs s'il le faut... Ils sont là pour te protéger. Tu as peut-être aussi besoin de voir un médecin si un diagnostic d'autisme est à poser.

Je t'invite à reprendre posément la situation point par point en essayant de dire les questions que tu te poses.
 

Laureen_The_Unicat

Vagabond(e)
Inscrit
1/7/19
Messages
12
Réactions
1
Eh...
J'ai lu rapidement le texte sur ton parcours, plus soigneusement la fin, mais je suppose que c'est le plus important.
L'école n'est pas forcément facile, mais c'est le cas pour beaucoup... En revanche, le collège peut achever une jeune fille ou un jeune garçon, parce que ça tombe à un moment de la vie très particulier. La rentrée au collège coïncide généralement avec l'adieu à son enfance, la transition promise vers le monde des "grands", mais... Au lieu de trouver un tapis doré pour révéler le sens de sa vie, on peut parfois tomber sur un marécage sombre et gluant.
Honnêtement, au collège, par rapport à l'état d'esprit, à la maturité, aux réactions sociales, j'ai trouvé que c'était un désastre. Le monde animal est carrément moins bestial et arriéré. Et quatre ans dans ces circonstances, ça peut paraître très long...
Il y a deux solutions : prendre son mal en patience en attendant le lycée, ou finir le collège soi-même en cours par correspondance (CNED). La dernière option impose de savoir se gérer, d'être responsable, honnête et sérieux... et aussi d'avoir des raisons suffisantes pour que ça soit accepté (voir avec ses professeurs, son proviseur, des psychologues...).

Bon, mais je n'ai encore rien dit de vraiment constructif, je crois.
Tu sais, je ne suis plus adolescent maintenant. Le collège et le lycée sont derrière moi. Je suis ici parce que j'ai gardé un contact fort avec l'adolescent que j'étais, ou peut-être même avec l'enfant que j'étais, et que ça me fait plaisir de cheminer dans ce joli forum... J'ai écrit ce petit poème à propos :

La joie soutient l'enfant
De se savoir grandir
Heureux d'avoir un an
De plus à se vêtir

Surgit l'adolescent
Qui rêve et qui chantonne
Enthousiasmé autant
Qu'une fleur qui bourgeonne

Et puis, on a vingt ans
Et on se dit, en somme
Qu'on s'est donné l'élan
De devenir un homme

Alors, à cet instant
On comprend que sa vie
Forgée aussi longtemps
N'a pourtant pas vieillie

Le cœur reste un enfant
Qui sait toujours sourire
L'âme un adolescent
Et le rêve est son rire



Ce que je voudrais te dire, c'est de prendre du recul. N'écoute pas forcément ce que tu entends avec l'oreille, mais ce que tu comprends avec le coeur. Ne crois pas forcément ce que tu vois, mais regarde ce que tu ressens. Ce que je veux dire, c'est que le monde n'est pas figé dans cet état qui te désespère. Le monde, c'est ce qu'on y apporte... C'est la somme de tous les coeurs... Tu te rendras compte que ce qui a le plus d'importance, c'est ce qui échappe aux sens et à la raison : un regard, un sourire, l'intonation d'une voix, la chaleur de la gratitude pour un inconnu qui un jour t'a apporté quelque chose de précieux... L'important, c'est ce que tu es ! Ne laisse jamais les autres te voler ton estime, ta liberté, ton coeur. Le monde est trop dur, il manque trop de douceur, de compréhension, de subtilité ? Sois une guerrière de la douceur et de la subtilité ! Si tu disparais, le monde sera pire encore. Si tu es là, tu peux lui apporter ton coeur. N'est-ce pas une raison de vivre ? Un jour, tu prendras soin de quelqu'un, tu lui diras quelque chose qui va le toucher, peut-être que tu vas lui sauver la vie. Peut-être qu'il y a une personne que tu ne connais pas encore qui va être malheureuse toute sa vie, sauf si elle te rencontre. Tu as pensé à ça ? L'école, ce n'est pas le bâtiment... C'est la vie ! Tu as treize ans, c'est à dire que tu es une aurore. Dans sept ans tu en auras vingt, tu seras devenue une jeune femme qui apporte de la beauté au monde. N'est-ce pas ? Si tu desespères, ce n'est pas parce que tu es superficielle, mesquine et que tu trouve ton plaisir à torturer les autres ! C'est parce que tu ne vois pas encore dans la vie le reflet que tu voudrais voir. Donc, c'est parce que la vie a désespérément besoin que tu sois là pour refléter ce qu'il lui manque ! Ne crois-tu pas ?
Wouah c'est tellement beau que je ne sais pas quoi répondre !
Messages fusionnés automatiquement:

Il faut que tu précises ce que tu attends. Si c'est un conseil, le premier qu'on puisse te donner est de parler de ta situation à des adultes : parents avant tout, profs s'il le faut... Ils sont là pour te protéger. Tu as peut-être aussi besoin de voir un médecin si un diagnostic d'autisme est à poser.

Je t'invite à reprendre posément la situation point par point en essayant de dire les questions que tu te poses.
Je ne sais plus si je l'ai précisé dans l'edit mais j'ai été diagnostiquée autiste asperger.
 

AM64

Apprenti(e)
Inscrit
26/7/19
Messages
81
Réactions
58
Salut Laureen,
Franchement, le harcèlement que tu subis est assez grave. Il faudrait peut-être que tu en parles à tes parents ou à un psy... En tout cas, sache que l’on te soutient tou(te)s !
 
Haut