Quoi de neuf ?

Ma vie sociale et l'amour... L'histoire qui tourmente. Besoin de parler.

Konall1

Vagabond(e)
Inscrit
17/2/18
Messages
21
Réactions
1
Salutations. Je suis un gars de 18 ans et j'ai besoin de me confier par rapport à l'un de mes tourments. Il est habituel que l'amour soit parmi les préoccupations des gens de mon âge, bien entendu, mais je me retrouve dans une situation particulière et complexe.

Pour commencer, je n'ai jamais connu l'amour. J'ai eu des amourettes en primaire et au collège et des tas de crush, mais c'est tout. Mon expérience sexuelle est inexistante. Je n'ai pas reçu d'éducation sexuelle et j'ai dû me la prodiguer maladroitement, seul, et j'ai un dégoût très fort du sexe. Depuis mes 12 ans environ, j'ai en tête le même idéal; une fille quasi parfaite qui me ressemble énormément, on se comprendrait l'un l'autre, on passerait des moments mémorables, et notre relation durerait. Je sais bien rien qu'en voyant l'histoire terrible de mes parents que l'amour est loin d'être tout rose. Mon idéal est un rêve. Un rêve que je ne changerai jamais.

Le problème, ou pas d'ailleurs, c'est que je suis trop différent des autres. Non, je ne me jette pas des fleurs. Oui, je sais que chacun est différent. Mais je le suis encore plus. Tellement que les gens (rares) qui me ressemblent sont parfois trop différents (c'est tellement paradoxal). Pour vous donner quelques idées, j'ai une vision viellie de l'amour; je le vois encore courtois, noble, rempli de qualités et d'affection. La vision moderne de l'amour me dégoûte. Pour moi, le sexe ne sert qu'à procréer et rien de plus. Pour moi, l'amour est une véritable connexion qui va au-delà des mots et des simples gestes. Pour moi, le physique ne compte pratiquement pas; l'intérieur compte avant toute chose. Malgré mon âge, on me dit depuis mes 11 ans que je suis aussi mature qu'un adulte et je me sens justement mieux en compagnie d'adultes, si bien que la majorité de mes crush sont sur des femmes plus âgées; dernièrement, une amie de 29 ans qui me ressemble beaucoup. Pourtant, paradoxalement, je ne veux pas de relation avec une grande différence d'âge, quatre ans de plus max, deux de moins max. Aussi, mes relations avec les gens de mon âge sont particulières (je vais le détailler plus loin). J'ai toujours été un introverti socialement maladroit (moins maintenant, néanmoins) qui préfère la solitude; j'adore être dans la nature notamment, qui m'inspire pour écrire de la poésie, parfois. J'ai des passions à la fois communes et peu communes. Je sais à peine utiliser un portable car il ne me sert à rien. J'ai une vision de la vie très particulière qui influence mon mode de vie, d'où le fait que je sois sportif, que je fasse très attention à ma santé, que je sois extrêmement strict avec moi-même (ma vie est remplie de règles).

Jusqu'à mes années collège, j'ai toujours été seul. Ou presque. J'ai été mal influencé et j'étais un vrai cancre au milieu d'un divorce qui a fait exploser ma famille et dont j'ai fait les frais. Je me suis repris en main, seul, avant le CM2, et je me suis réfugié dans trois passions: la littérature, l'histoire et la science. J'étais terrible socialement et je faisais des crises d'angoisse incontrôlables. En sixième, j'ai trouvé des gens sympas avec des points en commun et j'ai eu deux amourettes... deux filles qui m'ont manipulé et dont j'ai porté les séquelles psychologiques jusqu'en quatrième. J'ai également été harcelé par un groupe de filles et des garçons. En cinquième, sur Internet, j'ai rencontré d'autres gens similaires qui m'ont influencé positivement. J'ai commencé à me recréer une identité personnelle qui me définit à peu près encore. Entre la quatrième et la seconde, tout a changé. Deux crush m'ont humilié, un ami m'a trahi, et mon groupe d'amis s'est déchiré en troisième alors que je me sentais de plus en plus différent des autres tout en gagnant en confiance socialement parlant. Une fille rencontrée en ligne, devenue une bonne amie, m'a mené dans la plus grande crise sentimentale que j'ai jamais vécue et elle m'a littéralement anéanti. Durant toute cette période et jusque quelques mois auparavant, j'ai baigné entre les périodes calmes et les périodes d'idées noires, d'envies suicidaires et d'auto-maltraitance.

En entrant au lycée, ma vie a changé. De gros introverti maladroit je suis devenu le gars sympa, social, et rigolo de la classe. J'ai des cercles sociaux très variés et je m'entends aussi bien avec les adultes qu'avec les élèves. Je suis très épanoui et j'ai énormément de projets divers et variés. Je suis plutôt bon élève, je fascine certains camarades à cause de ma personnalité, de mon sens de l'humour, et de mes hobbies, j'ai une bonne réputation et... des filles sont parfois en crush sur moi.. Je suis devenu séduisant, on me l'a fait remarquer. L'année dernière, pour la première fois de ma vie, j'ai mis quatre râteaux. Moi qui étais habitué à l'inverse. En plus, on me reconnaît plein de qualités et on me complimente souvent, ce que je n'apprécie d'ailleurs pas. En lisant cela, vous devez vous dire que je me contredis et que tout va bien. Pas vraiment.

Je cache ma sensibilité et certains qualités/certains défauts. J'ai parfois peur de la vision des autres et je cache pas mal de secrets. Personne ne sait que j'ai failli me tuer plein de fois, que je me fais du mal (beaucoup moins souvent, maintenant), que mon esprit est, en permanence, torturé par des tas de préoccupations. Au lycée, tout cela est caché, est en pause, est mis de côté. J'ai beau bien m'entendre avec presque tout le monde, je n'entretiens aucun lien profond avec qui que ce soit, même avec mon "meilleur pote" du lycée et les copains. Les gens sont trop différents. C'est pourquoi je suis très souvent sur Internet. Là, je peux rencontrer des gens qui me comprennent, qui partagent des points en commun. Les vraies amitiés que j'ai eues, à part une seule, se sont faites en ligne. Je ne suis plus naïf et je sais que de vrais manants se cachent là-dessus, mais je suis assez intelligent pour les reconnaître et les éviter. Aussi, je suis tourmenté par une mélancolie profonde, liée à plusieurs petits éléments formant un puzzle mental complexe. Des pièces des moments positifs de mes années collège face à mes années lycée à la fois brillantes et horribles. Je vais en terminale et j'ai à la fois hâte d'y aller car j'ai de bonnes relations et j'adore apprendre et à la fois hâte de partir à l'université puis à l'étranger, l'un de mes objectifs, car j'ai du mal à supporter le système et la mentalité des jeunes.

Bref, après ce long texte, voici ce qui me préoccupe depuis des mois. J'ai énormément envie d'être ne couple. Une envie irrésistible. Vraiment. Mais je ne cherche pas d'amourette ou de je-ne-sais-quoi, je cherche une relation sérieuse, passionnée. Cependant, comme précisé en haut, je cherche un idéal. Que je ne changerai jamais, je le sais profondément. Cet idéal, il n'existe pas au lycée (j'ai cherché, pour être honnête) et il est aussi rare que du pétrole dans le monde. Il existe. J'ai rencontré quelques filles qui correspondaient plus ou moins. Mais ce genre de fille est très, très, très rare. Aussi, autant j'en ai envie, mais je ne suis pas complètement prêt, je pense. Je suis un peu égoïste sur certains traits, je ne sais même pas embrasser, je suis maladroit et je ne sais pas du tout comment m'y prendre avec une fille au-delà de l'amitié (la majorité de mes amis/connaissances sont des filles). De plus, je n'ai pas vraiment d'argent et le peu que j'ai est gardé précieusement pour mes projets. En plus, je finirai à l'étranger et je voyagerai souvent à cause desdits projets et des mes futures activités professionnelles (l'ambition ne manque pas). La patience, je l'ai, mais cela fait trop longtemps que j'attends pour l'amour.

Tout cela, en plus de mes expériences douloureuses, m'a poussé à envisager un voeu de célibat forcé, une idée qui me vient de diverses philosophies et spiritualités qui façonnent ma vie. J'en ai pas envie, mais je l'envisage de façon stricte et temporaire. Si je le prends, j'aurai plein de nouvelles règles à respecter et je n'aurai aucune pitié avec moi-même si je le enfreins. Les petits plaisirs seront supprimés. Il n'y aura de place que pour les projets et le travail personnel, entre autres. Cela me sera bénéfique, complètement, car je suis discipliné et j'ai besoin de règles pour vivre correctement. Cependant, cela aura également un côté néfaste. Une de mes confidentes m'a fait remarquer que si je rencontre une fille qui me plaît pendant le voeu, je serai bien embarrassé. J'ai aussi un peu d'espoir pour la terminale parce que ces derniers mois ont constitué un tournant exceptionnel dans me vie: de vieux tourments ont disparu, mes phobies se sont évaporées, je suis plus épanoui que jamais et je travaille sur des projets ambitieux qui risquent de faire parler de moi (sans me vanter) au lycée et dans les cercles sociaux. En plus, ma confiance en moi n'a jamais été aussi forte, j'ai totalement pris ma vie en main, et mes projets personnels et scolaires m'amènent et vont prochainement m'amener à rencontrer plein de gens. Je ne suis pourtant sûr de rien, d'où mes doutes permanents et mes hésitations. Je ne sais pas faire, voilà tout.

Merci pour la lecture de ce roman d'une longueur que je n'avais pas du tout prévue. Je ne m'attends pas à de conseils ou de réponses concrètes car franchement, devant une discussion pareille, je ne vois pas ce que vous pourriez faire, et j'ai encore d'autres choses à ajouter, certainement. Mes excuses pour le temps que je vous ai pris. En tout cas, j'avais fortement besoin de me confier car, après des mois et des mois, cela devenait pesant.

Bonne journée, bonne soirée, bonne nuit, quelque soit le moment où vous lisez ceci. Merci encore. :)
 

Luna38.

Initié(e)
Inscrit
24/5/17
Messages
450
Réactions
32
Hey,
Je sais pas si je vais vraiment t'aider, mais il y a plusieurs points ou j'aimerai te "rassurer", donc je me lance :

-Le fait de n'avoir eu que quelques amourettes a 18 ans n'a rien de grave. Je comprends que par moment ce soit difficile et que tu es envie de te poser avec une fille qui te correspond, ton "idéal" comme tu dis. Mais tu as encore du temps, ça viendra quand ça viendra.

Le problème, ou pas d'ailleurs, c'est que je suis trop différent des autres.
- Tu as peut être cette impression là, mais en lisant la description que tu fais de toi je ne te trouves pas incroyablement différent.
Je veux dire il y a beaucoup de personne qui comme toi ont une vision plus "subtil et noble de l'amour", qui ne pense pas qu'au sexe, qui aime la nature, le sport, être seul parfois etc ...
Donc ce n'est pas ça qui t’empêchera de vivre ta vie, de créer du lien social et de rencontrer une femme qui te correspondra !

J'ai parfois peur de la vision des autres et je cache pas mal de secrets.
- Encore une fois, (attention, sans vouloir dénigrer ce que tu as pu vivre par le passé) mais c'est le cas d’énormément de personne. En creusant un peu je crois qu'on a tous vécu des choses difficiles, qui nous ont marqué à jamais, qu'on essaye de cacher, ou de camoufler ...

Les gens sont trop différents.
- Je comprends aussi ce que tu ressens, l'impression que personnes ne pense comme toi, que personne n'a les mêmes intérêts, principes etc ...
Même si ils ne sont pas dans ta classe aujourd'hui, tu finira bien par trouver des gens avec qui ça collera. Des fois ça durera et des fois non, mais même si c'est difficile ne désespère pas sur ça.

J'en ai pas envie, mais je l'envisage de façon stricte et temporaire.
- La par contre je ne comprends vraiment pas. J'ai l'impression que tu masque la tristesse d'être célibataire en le cachant sous l’étiquette "voeu de célibat forcé", et en plus tu n'en as pas envie. Quel intérêt finalement ?

Il n'y aura de place que pour les projets et le travail personnel, entre autres. Cela me sera bénéfique, complètement, car je suis discipliné et j'ai besoin de règles pour vivre correctement.
- Le fait d'avoir besoins d'un cadre, de règles, de discipline, ne doit pas t'empêcher de vivre "des petits plaisirs". Tu n'es pas un robot ! Et l'un n'empêche pas l'autre. Au contraire je crois que d’envisager de te priver de ces choses là, à un stade ou tu te sens bien dans ta peau (et donc ou tu as envie d'aller de l'avant), sera néfaste à long terme sur ton moral et donc sur ta productivité.

Pour moi le plus gros "problème" il vient de là :
Cependant, comme précisé en haut, je cherche un idéal.
La femme de ta vie peut se rapprocher au maximum de ton idéal mais elle ne sera jamais comme celui que tu as façonné dans ta tête.
Alors bien-sur, difficile d'aimer sincèrement quelqu'un qui n'a aucun point commun avec notre personne, mais l'amour c'est aussi découvrir l'autre et ses intérêts/plaisirs/loisirs, qui nous sont inconnu, c'est lui faire découvrir les nôtres ...
C'est se soutenir, s'encourager, être là quand ça va comme quand ça va pas, partager du temps ensemble... et ce n'est pas parce qu'une personne ne correspond pas à ton "idéal" qu'elle ne pourra pas te faire vivre tout ça
 
Dernière édition:

Astronomy

Grand(e) sage
Inscrit
29/8/10
Messages
869
Réactions
8
Salut! Je vais essayer de te faire part de mon ressenti, et je préfère pour ça répondre en plusieurs temps:

Depuis mes 12 ans environ, j'ai en tête le même idéal; une fille quasi parfaite qui me ressemble énormément, on se comprendrait l'un l'autre, on passerait des moments mémorables, et notre relation durerait. Je sais bien rien qu'en voyant l'histoire terrible de mes parents que l'amour est loin d'être tout rose. Mon idéal est un rêve. Un rêve que je ne changerai jamais.
Mais je ne cherche pas d'amourette ou de je-ne-sais-quoi, je cherche une relation sérieuse, passionnée. Cependant, comme précisé en haut, je cherche un idéal. Que je ne changerai jamais, je le sais profondément. Cet idéal, il n'existe pas au lycée (j'ai cherché, pour être honnête) et il est aussi rare que du pétrole dans le monde. Il existe. J'ai rencontré quelques filles qui correspondaient plus ou moins. Mais ce genre de fille est très, très, très rare.

Alors, saches que, la perfection, ça n'existe pas, et je ne pense pas que la quasi-perfection existe elle aussi. Tu n'es pas parfait, les autres ne sont pas parfaits, personne ne l'est.
Moi aussi je m'imaginais un idéal quand j'étais plus jeune. Je n'attendais pas l'homme parfait, je sais que ça n'existe pas. Mais je voyais ma relation plutôt comme ci, pas comme ça.
Au final, je me retrouve dans une relation que j'étais loin d'imaginer, et tu vois, la beauté de cette relation, c'est d'avoir eu un peu de ce que j'attendais en étant plus jeune, mais aussi le fait d'avoir trouver quelqu'un qui m'a énormément apporté. Il m'a ouvert de nouvelles portes, fait voir de nouvelles choses, et au final, je suis beaucoup mieux dans cette relation que dans la relation que j'ai pu imaginer étant plus jeune.
L'idéal ne s'imagine pas, l'idéal se vit, c'est toi et ta future copine qui feront de votre relation ce qu'elle sera, et il faut bien te dire qu'il y a très peu de chances pour que tu trouves quelqu'un qui a exactement la même vision que toi, mais c'est justement cette différence, le fait que vous apporterez chacun de vos envies dans votre relation qui fera que celle-ci sera idéale, et pour toi, et pour la personne avec qui tu seras.


Je suis un peu égoïste sur certains traits, je ne sais même pas embrasser, je suis maladroit et je ne sais pas du tout comment m'y prendre avec une fille au-delà de l'amitié (la majorité de mes amis/connaissances sont des filles). De plus, je n'ai pas vraiment d'argent et le peu que j'ai est gardé précieusement pour mes projets. En plus, je finirai à l'étranger et je voyagerai souvent à cause desdits projets et des mes futures activités professionnelles (l'ambition ne manque pas). La patience, je l'ai, mais cela fait trop longtemps que j'attends pour l'amour.

Comme je te l'ai dit, l'être parfait n'existe pas. Tu as le droit d'être égoïste, le droit d'être maladroit, le droit de ne pas savoir faire certaines choses... Les gens évoluent, tu évolueras, tu apprendras, tu comprendras.
Pour ce qui est de l'argent, dans l'immédiat, je ne vois pas le problème. Tu es jeune, tu as le temps, je ne pense pas que tu aies prévu d'acheter une maison, une voiture, et de faire un enfant dès demain, donc je ne pense pas que tu devrais t’inquiéter pour ça. Tu peux très bien, pour le moment, avoir une relation sans avoir de grands moyens. Même si je comprends que tu puisses avoir envie de faire des choses avec ta partenaire.
Pour ce qui est de l'étranger, et des voyages, et bien... ça je pense que c'est une chose dont tu devras parler avec ta partenaire dès le début. Ça ne causera pas forcement de problèmes. Nombreux sont ceux qui ont envie de voyager. Et si ce n'est pas du tout son délire, et bien... ce sera à vous d'en parler et de trouver un compromis (ou pas).


Tout cela, en plus de mes expériences douloureuses, m'a poussé à envisager un voeu de célibat forcé, une idée qui me vient de diverses philosophies et spiritualités qui façonnent ma vie. J'en ai pas envie, mais je l'envisage de façon stricte et temporaire. Si je le prends, j'aurai plein de nouvelles règles à respecter et je n'aurai aucune pitié avec moi-même si je le enfreins. Les petits plaisirs seront supprimés. Il n'y aura de place que pour les projets et le travail personnel, entre autres. Cela me sera bénéfique, complètement, car je suis discipliné et j'ai besoin de règles pour vivre correctement. Cependant, cela aura également un côté néfaste. Une de mes confidentes m'a fait remarquer que si je rencontre une fille qui me plaît pendant le voeu, je serai bien embarrassé.

Alors là, par contre, je ne te suis plus du tout. Je ne comprends pas comment tu peux ressentir l'envie d'être en couple, de construire des choses sérieuses, mais en même temps, tu arrives à penser à faire vœu de célibat "forcé"?
Déjà, le fait de dire "célibat forcé", prouve que c'est quelque chose dont tu ne veux pas, sinon, c'est logique, tu ne te forcerais pas. Excuses-moi, mais, une vie menée par des règles, des interdictions, une vie sans plaisirs, je trouve ça complètement stupide, et je ne comprends pas vraiment l'intérêt, puisqu'en plus de ça, je ne pense pas que ce soit vraiment ce dont tu as envie (puisque tu le dis toi-même).
Tu as souffert, c'est vrai, mais ce n'est pas pour ça que tu dois te fermer à tout, et surtout pas à ce dont tu as envie.

Fais ce que ton cœur te dis de faire, tu feras, et tu te tromperas peut-être. Mais comme on dit, "qui ne se plante pas, ne pousse jamais"

Bon courage!
 

Konall1

Vagabond(e)
Inscrit
17/2/18
Messages
21
Réactions
1
Bonsoir, merci d'avoir pris votre temps. Comme je n'arrive pas à répondre comme vous faites (avec les citations), je vais répondre en blocs, je m'en excuse.

Luna38: Je suis d'accord avec toi, je sais que j'ai encore du temps, mais c'est un peu difficile d'attendre encore et encore. De plus, j'ai oublié d'en parler (j'aurais dû), mais j'ai des plans et, disons, des envies, particulières, par rapport au futur. Je m'explique, pas que cela apparaisse comme louche. J'aimerais être dans une relation sérieuse et correspondant à mes attentes avant l'âge de 24 ans, et j'aimerais avoir des enfants, des filles de préférence, avant l'âge de 30 ans. Nous les éduquerions à la maison et ils n'iraient donc pas à l'école. Nous vivrions dans un pays d'Europe de l'Est de préférence, ou bien en Finlande.
Si les conditions ne sont pas réunies, je refuserai tout simplement d'avoir des enfants et, en fonction de la situation, je prendrai carrément un voeu de célibat définitif, mais cela sera dans une belle paire d'années, on a encore le temps.
Voilà pourquoi je suis un peu trop égoïste sur les bords, d'ailleurs.

Je voudrais bien te croire mais je n'ai croisé qu'une seule personne qui partage une vision similaire de l'amour. Par contre, par rapport aux centres d'intérêts communs, c'est vrai qu'il y a pas mal de gens qui les partagent... mais pas au lycée.

Ne t'en fais pas, tu ne dénigres rien du tout. Peut-être. Je connais quelques personnes mais au moins 80-90% des gens que je connais et croise ont vraiment l'air d'être heureux comme tout et de n'avoir jamais vécu de traumatismes (tant mieux pour eux s'ils n'en ont pas vécus).

J'ai du mal à y croire. Mes principes, mes croyances (non religieuses, je n'ai pas de religion), certains projets, des plans, sont vraiment trop différents. On me prendrait même pour un fou sur certains points...

J'ai mon avis là-dessus. Mon livre préféré, qui a changé ma vie, m'a prouvé qu'il est possible de se priver de choses et de se forcer à en faire d'autres (bien sûr, cela dépend de quoi) avec des conséquences positives à long-terme. C'est ce que j'ai d'ailleurs déjà fait. Je me suis forcé à arrêter de manger divers aliments (viandes, gâteaux, bonbons, etc) et bien que cela ait été douloureux, je suis fier de l'avoir fait. Je me suis forcé à arrêter de jouer aux jeux vidéos, certes de façon brutale et radicale, mais cela a globalement bien marché et, désormais, je suis très discipliné et enfin productif, même si je ne le suis pas assez. Pour revenir au voeu, comme je l'écrivais, cela ne serait pas définitif si vraiment je le prenais (sauf dans le cas décrit un peu plus haut): entre un mois et deux ans au maximum. Si je le prends, ce n'est pas pour le plaisir de me rendre malheureux, mais ce serait un contrat écrit de ma main qui m'interdirait certaines choses (je l'admets, la masturbation, notamment, ainsi que certaines envies et certains plaisirs) tout en les remplaçant par des projets très difficiles. Le but est de pousser mes limites comme je l'ai déjà fait auparavant (et je le fais depuis peu). Je vais devoir le faire physiquement avec des séries d'exercices physiques, justement.

Les petits plaisirs, cela dépend desquels. Je comprends ton avis mais en raison de mes principes et croyances, ma vision et mon avis sont différents. Je remplace, en fait, les petits plaisirs (jeux vidéos / gâteaux, par exemple) par d'autres (certains projets / certains fruits), mais c'est différent.
Les principales conditions permettant mon bonheur sont: passer du temps dans la nature, lire, apprendre, écouter de la musique, et travailler sur mes projets. Mes règles, engagements et j'en passe, bien qu'étant parfois durs, ne servent qu'à me concentrer sur ces conditions. Sans elles, je suis vraiment malheureux.

Oui, je pense que tu as raison. C'est quand même difficile d'accepter cette vérité, je l'admets. Je ne peux m'imaginer avec quelqu'un de trop différent car je sais que cela ne marchera pas du tout. Il est difficile de comprendre ce que je dis car il faut d'une part me connaître et d'autre part connaître la totalité de mes projets. Je suis d'accord, sinon. Cependant, ladite personne devrait tout de même me ressembler à un certain niveau et respecter mon mode de vie (ce qui est difficile; ma famille a beaucoup de mal à l'accepter).

Merci à toi, en tout cas. Merci :)

Astronomy: Oui, c'est vrai. Mais je ne savais pas comment exprimer cela, et le mot perfection m'est venu à l'esprit. Cela permet également de souligner le fait que je sois très difficile par rapport aux attentes. Merci pour ton histoire, elle est inspirante. J'ai du mal à accepter le fait d'être avec quelqu'un ayant une vision différente de la mienne, je ne pense pas que cela marcherait. Ou en tout cas, cela dépend des points communs et des projets communs.

Oui, c'est vrai, mais je n'ai pas le droit d'être égoïste. Le problème est que je n'ai pas d'alternative. C'est très difficile à expliquer. En effet, j'apprendrai bien à un moment ou un autre. Certes, mais je sais ce que je ferai de l'argent que je gagnerai. Je sais également que je n'aurai pas de voiture et peut-être même pas de maison. Cela est en désaccord avec mes principes et projets. Ce qui est problématique, c'est qu'on est censé avoir de l'argent pour satisfaire la personne (les cadeaux) mais je n'aime cela. Je déteste recevoir des cadeaux et je n'en ai pratiquement jamais fait de ma vie. Le peu d'argent que j'ai passe sur les priorités (projets). D'où un éventuel conflit avec mon éventuelle petite-amie (si cela arrive, je saurai qu'on ne sera pas faits pour être ensemble, en tout cas). C'est vrai mais là, ce ne sont pas des voyages juste pour l'envie, mais pour les projets. La différence étant que les destinations sont imposées et non forcément choisies. Un autre sujet de désaccord potentiel. J'ai bien peur de devoir faire plein de compromis, justement.

J'ai majoritairement répondu à cela plus haut, en réponse à Luna38. Je ne pense pas que je devrais me répéter.
Mon point de vue est différent mais je comprends le tiens tout comme celui de Luna38.

Une phrase et une citation sages et inspirantes ! J'écoute mon coeur, je travaille sur mes projets. Merci à toi :)

Encore une fois, je vous remercie toutes le deux. J'ai peut-être paru dur dans mes réponses, mais c'est dû au fait que je suis fatigué et préoccupé et que je n'ai pas utilisé autant le français depuis presque deux mois. L'anglais est ma langue principale.

Bonne soirée ! :)
 

Luna38.

Initié(e)
Inscrit
24/5/17
Messages
450
Réactions
32
Je partage l'avis de Astronomy. Entre la relation parfaite que l'on s'imagine et celle que l'on vit ... il y a souvent de grandes différences ! Pourtant ce n'en ai pas moins génial. Car une relation avant de se penser elle se vit.
De plus comme elle l'a expliqué, tu as le temps de grandir, d'évoluer, de changer d'avis ... les choses qui te paraissent inconcevables peuvent le devenir en grandissant ...

Aussi je ne vais pas te conseiller d'être moins "cadré" car ce mode de vie très réglé à l'air de te convenir, mais de ne pas trop t’inquiéter si jamais tu dépasses ces règles.
Encore désolé je sais pas si je suis claire mais ... disons que ces règles il n'y a que toi qui te les impose, alors ne soit pas trop dur avec toi même ok ? Si par exemple, tu rencontres la femme parfaite a 28 ans ne te le reproches pas ... tu ne peux pas gérer tout les aspects de ta vie.

Comme je n'arrive pas à répondre comme vous faites (avec les citations), je vais répondre en blocs, je m'en excuse.
Petite explication (au cas ou tu ais envie de reposter sur ce fourm). Tu sélectionnes la phrase/paragraphe/texte qui t'intéresse > un petit onglet gris "cité" apparaît, tu cliques dessus > lorsque tu écris ta réponse, en bas à gauche il y a "joindre des fichiers", et juste à droite "insérer des citations" et tu sélectionnes les citations qui t'intéressent ^^

J'ai mon avis là-dessus. Mon livre préféré, qui a changé ma vie, m'a prouvé qu'il est possible de se priver de choses et de se forcer à en faire d'autres (bien sûr, cela dépend de quoi) avec des conséquences positives à long-terme. C'est ce que j'ai d'ailleurs déjà fait. Je me suis forcé à arrêter de manger divers aliments (viandes, gâteaux, bonbons, etc) et bien que cela ait été douloureux, je suis fier de l'avoir fait. Je me suis forcé à arrêter de jouer aux jeux vidéos, certes de façon brutale et radicale, mais cela a globalement bien marché et, désormais, je suis très discipliné et enfin productif, même si je ne le suis pas assez. Pour revenir au voeu, comme je l'écrivais, cela ne serait pas définitif si vraiment je le prenais (sauf dans le cas décrit un peu plus haut): entre un mois et deux ans au maximum. Si je le prends, ce n'est pas pour le plaisir de me rendre malheureux, mais ce serait un contrat écrit de ma main qui m'interdirait certaines choses (je l'admets, la masturbation, notamment, ainsi que certaines envies et certains plaisirs) tout en les remplaçant par des projets très difficiles. Le but est de pousser mes limites comme je l'ai déjà fait auparavant (et je le fais depuis peu). Je vais devoir le faire physiquement avec des séries d'exercices physiques, justement.

Les petits plaisirs, cela dépend desquels. Je comprends ton avis mais en raison de mes principes et croyances, ma vision et mon avis sont différents. Je remplace, en fait, les petits plaisirs (jeux vidéos / gâteaux, par exemple) par d'autres (certains projets / certains fruits), mais c'est différent.
Les principales conditions permettant mon bonheur sont: passer du temps dans la nature, lire, apprendre, écouter de la musique, et travailler sur mes projets. Mes règles, engagements et j'en passe, bien qu'étant parfois durs, ne servent qu'à me concentrer sur ces conditions. Sans elles, je suis vraiment malheureux.
Je vois et je "comprends" en quelques sortes ta vision des choses, et pour le sport, l'alimentation, la productivité etc, je trouve même que ça a du sens : tu dépasses tes limites ou bien tu te force à consommer/ travailler mieux pour un mode de vie plus sain.
Mais pour ce qui est du relationnel c'est la que je ne comprends pas. Si je re formule tu remplaces "l'amour" par "des projets plus difficiles" ? C'est comme si pour toi finalement l'amour était une perte de temps, et que ça te freinais dans tes projets ... mais c'est un peu paradoxale par rapport à ton envie première de trouver une petite amie non ?

A nouveau, je ne sais pas si je m'exprime bien mais si je schématise : "->" = remplacé par
Sport de niveau débutant -> Sport de niveau intermédiaire voir difficile
Alimentation moyenne voir mauvaise -> alimentation de meilleure qualité
Temps "perdu" sur les jeux vidéos -> temps investie dans des projets concrets
Volonté de trouver l'amour, rencontres -> temps investie dans des projets concrets
Je sais pas pour le dernier je trouve que ce n'est pas logique ... Evidemment ça n'engage que moi, mais les 3 premiers se "contrôlent" et ne sont finalement qu'une question de motivation et de volonté, mais pour ce qui est d'une relation, on a pas toujours la maîtrise sur tout, (quand est ce qu'une femme va nous plaire, quand est ce qu'on décide de s'engager etc ...) et elle se vit à 2 ;)

J'aimerais être dans une relation sérieuse et correspondant à mes attentes avant l'âge de 24 ans, et j'aimerais avoir des enfants, des filles de préférence, avant l'âge de 30 ans. Nous les éduquerions à la maison et ils n'iraient donc pas à l'école. Nous vivrions dans un pays d'Europe de l'Est de préférence, ou bien en Finlande.
Je respecte ton point de vue, mais a force de vouloir tout planifier, n'a tu pas peur de passer à côté d'une belle histoire ?
N'as tu pas l'impression que la vie perd de son "authenticité" (je sais pas vraiment si le terme est adapté, mais disons, que a force de t'imposer des règles/conventions il n'y a plus de place au naturel et au hasard ?)

Ce qui est problématique, c'est qu'on est censé avoir de l'argent pour satisfaire la personne (les cadeaux)
Non, il suffit de trouver quelqu'un qui ne soit pas matérialiste et qui partage ton idéologie (pas de voiture, de maison etc ...)

Bonne soirée à toi aussi
 
Dernière édition:

Konall1

Vagabond(e)
Inscrit
17/2/18
Messages
21
Réactions
1
Bonjour, mes excuses pour la réponse tardive.

J'ai, durant ces derniers jours, fortement réfléchi. Je le continue aujourd'hui et je vais faire prendre en note ce qui me convient, ce qui ne me convient pas, ce que je souhaite réellement faire, etc dans ma vie.

Je vais répondre à ton message tout en traitant des réflexions pertinentes aux éléments du message.

J'essaie de comprendre et de partager votre opinion qui est tout à fait logique, mais je n'y arrive pas. Je suis implacable par rapport à certaines choses, et je sais lesquelles évolueront, lesquelles ne changeront pas. Les choses que je ne veux absolument pas changer et dont je suis plutôt sûr sont:
- le fait que je ne me marierai jamais.
- le fait que je n'aurai pas de sexe avant au minimum 18 à 24 mois dans la relation ou, même mieux (mais pas sûr), uniquement dans le but de procréer.
- je voudrais avoir des enfants avant l'âge de 30 ans, sinon, aucun.
Aussi, je me rends bien compte que mon mode de vie risque de compromettre tout relation de manière générale.

Les règles que je m'impose sont, pour la plupart, temporaires. Elles sont actives et renforcées jusqu'à ce que je suis suffisamment mature. De plus, depuis ce matin, j'ai de toutes nouvelles interdictions en lien avec la vie sexuelle: la masturbation m'est interdite, de même que les pensées "excitantes" et tout ce qui y est lié. Discipline.
J'ai dépassé une règle en jouant à un jeu vidéo; au lieu de me punir, j'ai accepté de jouer un peu avec des contreparties. Je pense que je vais me permettre de jouer un mais à des conditions difficiles.
Je suis obligé d'être relativement dur avec moi-même car, autrement, je perds le contrôle sur mon corps et mon esprit. Ce dernier est comme un cheval sauvage que j'ai dû et dois encore apprivoiser. La méditation m'y aide depuis deux jours. Mais les règles sont également essentielles.
Néanmoins, après ces jours de réflexion, j'ai réalisé quelque chose. Je ne suis pas totalement heureux même si je le suis clairement plus que je ne l'ai jamais été auparavant. Je me sens trop seul et reclus. Je ne suis parfois pas sûr de ce que je dois faire notamment avec certaines règles et croyances. Je suis, depuis des mois, en crise spirituelle (non-religieuse) et morale.

Merci pour l'explication mais bon, cela m'a l'air trop compliqué x)

Merci pour la compréhension. Alors oui, j'imagine la confusion. Je me suis mal exprimé. Pour tenter d'oublier le fait que je ne serai peut-être jamais en couple à cause de mon mode de vie et tout ce qui y est lié, je considérais de prendre ledit voeu de célibat et d'accepter des conditions de vie plus dures et du travail tout aussi pénible. Cependant, je suis désormais perdu dans mes pensées et je ne sais pas réellement ce que je dois faire. La seule solution qui me vient en tête est de prendre un voeu de célibat de 30 jours pour commencer, avec des conditions un peu allégées. Je n'en ai pas complètement envie mais des gens à qui je me suis confié hier m'ont recommandé de prendre ce voeu et de me concentrer sur moi-même.

Je dois planifier. J'ai des projets à accomplir et ils sont prioritaires. Si quelque chose ralentit ou complique les projets, je l'élimine tout simplement. D'où les plans et les conditions. Donc cela vaut pour toute relation. Si un désaccord important a lieu avec mon éventuelle petite-amie, nous ne serons pas faits pour être ensemble. J'ai d'ailleurs travaillé sur la discipline nécessaire pour cette situation qui va forcément m'arriver (vu que j'attire les filles et que la plupart de mon entourage est composé de filles): je refuserai systématiquement toute avance, tout contact physique, toute relation allant au-delà de l'amitié. Dans le cas où une fille me plaît, je refoulerai les sentiments. Si nous nous plaisons mutuellement, qu'il y a plein de points en commun, que l'on se connait depuis au moins trois mois, que la confiance est établie, et qu'il n'y a pas de désaccord, peut-être que je donnerai une chance. Peut-être. Et cela est peu probable vu que les filles qui sont sur la même longueur d'onde que moi sont aussi rares que du pétrole et les seules que j'ai rencontrées qui me ressemblaient plus ou moins sont étrangères (j'ai plein de contacts à l'étranger et j'utilise des sites de correspondance). D'ailleurs, aussi drôle que cela puisse paraître, je préférerais avoir une relation à distance qu'un "classique" pour diverses raisons.

Les gens non-matérialistes sont assez rares mais je dois admettre que tu as raison; deux amies (à distance, justement) qui m'ont avoué leurs sentiments et avec qui j'ai failli sortir n'en n'ont que faire des objets/preuves matérielles; elles préfèrent, comme moi, les gestes, les paroles, des cadeaux artistiques (j'écris de la poésie et c'est le type de cadeau que j'aime faire aussi rare que cela arrive).

Pardon pour le roman. Bonne journée :)
 

Oroukia

Vagabond(e)
Inscrit
16/5/19
Messages
35
Réactions
3
Salutations. Je suis un gars de 18 ans et j'ai besoin de me confier par rapport à l'un de mes tourments. Il est habituel que l'amour soit parmi les préoccupations des gens de mon âge, bien entendu, mais je me retrouve dans une situation particulière et complexe.

Pour commencer, je n'ai jamais connu l'amour. J'ai eu des amourettes en primaire et au collège et des tas de crush, mais c'est tout. Mon expérience sexuelle est inexistante. Je n'ai pas reçu d'éducation sexuelle et j'ai dû me la prodiguer maladroitement, seul, et j'ai un dégoût très fort du sexe. Depuis mes 12 ans environ, j'ai en tête le même idéal; une fille quasi parfaite qui me ressemble énormément, on se comprendrait l'un l'autre, on passerait des moments mémorables, et notre relation durerait. Je sais bien rien qu'en voyant l'histoire terrible de mes parents que l'amour est loin d'être tout rose. Mon idéal est un rêve. Un rêve que je ne changerai jamais.

Le problème, ou pas d'ailleurs, c'est que je suis trop différent des autres. Non, je ne me jette pas des fleurs. Oui, je sais que chacun est différent. Mais je le suis encore plus. Tellement que les gens (rares) qui me ressemblent sont parfois trop différents (c'est tellement paradoxal). Pour vous donner quelques idées, j'ai une vision viellie de l'amour; je le vois encore courtois, noble, rempli de qualités et d'affection. La vision moderne de l'amour me dégoûte. Pour moi, le sexe ne sert qu'à procréer et rien de plus. Pour moi, l'amour est une véritable connexion qui va au-delà des mots et des simples gestes. Pour moi, le physique ne compte pratiquement pas; l'intérieur compte avant toute chose. Malgré mon âge, on me dit depuis mes 11 ans que je suis aussi mature qu'un adulte et je me sens justement mieux en compagnie d'adultes, si bien que la majorité de mes crush sont sur des femmes plus âgées; dernièrement, une amie de 29 ans qui me ressemble beaucoup. Pourtant, paradoxalement, je ne veux pas de relation avec une grande différence d'âge, quatre ans de plus max, deux de moins max. Aussi, mes relations avec les gens de mon âge sont particulières (je vais le détailler plus loin). J'ai toujours été un introverti socialement maladroit (moins maintenant, néanmoins) qui préfère la solitude; j'adore être dans la nature notamment, qui m'inspire pour écrire de la poésie, parfois. J'ai des passions à la fois communes et peu communes. Je sais à peine utiliser un portable car il ne me sert à rien. J'ai une vision de la vie très particulière qui influence mon mode de vie, d'où le fait que je sois sportif, que je fasse très attention à ma santé, que je sois extrêmement strict avec moi-même (ma vie est remplie de règles).

Jusqu'à mes années collège, j'ai toujours été seul. Ou presque. J'ai été mal influencé et j'étais un vrai cancre au milieu d'un divorce qui a fait exploser ma famille et dont j'ai fait les frais. Je me suis repris en main, seul, avant le CM2, et je me suis réfugié dans trois passions: la littérature, l'histoire et la science. J'étais terrible socialement et je faisais des crises d'angoisse incontrôlables. En sixième, j'ai trouvé des gens sympas avec des points en commun et j'ai eu deux amourettes... deux filles qui m'ont manipulé et dont j'ai porté les séquelles psychologiques jusqu'en quatrième. J'ai également été harcelé par un groupe de filles et des garçons. En cinquième, sur Internet, j'ai rencontré d'autres gens similaires qui m'ont influencé positivement. J'ai commencé à me recréer une identité personnelle qui me définit à peu près encore. Entre la quatrième et la seconde, tout a changé. Deux crush m'ont humilié, un ami m'a trahi, et mon groupe d'amis s'est déchiré en troisième alors que je me sentais de plus en plus différent des autres tout en gagnant en confiance socialement parlant. Une fille rencontrée en ligne, devenue une bonne amie, m'a mené dans la plus grande crise sentimentale que j'ai jamais vécue et elle m'a littéralement anéanti. Durant toute cette période et jusque quelques mois auparavant, j'ai baigné entre les périodes calmes et les périodes d'idées noires, d'envies suicidaires et d'auto-maltraitance.

En entrant au lycée, ma vie a changé. De gros introverti maladroit je suis devenu le gars sympa, social, et rigolo de la classe. J'ai des cercles sociaux très variés et je m'entends aussi bien avec les adultes qu'avec les élèves. Je suis très épanoui et j'ai énormément de projets divers et variés. Je suis plutôt bon élève, je fascine certains camarades à cause de ma personnalité, de mon sens de l'humour, et de mes hobbies, j'ai une bonne réputation et... des filles sont parfois en crush sur moi.. Je suis devenu séduisant, on me l'a fait remarquer. L'année dernière, pour la première fois de ma vie, j'ai mis quatre râteaux. Moi qui étais habitué à l'inverse. En plus, on me reconnaît plein de qualités et on me complimente souvent, ce que je n'apprécie d'ailleurs pas. En lisant cela, vous devez vous dire que je me contredis et que tout va bien. Pas vraiment.

Je cache ma sensibilité et certains qualités/certains défauts. J'ai parfois peur de la vision des autres et je cache pas mal de secrets. Personne ne sait que j'ai failli me tuer plein de fois, que je me fais du mal (beaucoup moins souvent, maintenant), que mon esprit est, en permanence, torturé par des tas de préoccupations. Au lycée, tout cela est caché, est en pause, est mis de côté. J'ai beau bien m'entendre avec presque tout le monde, je n'entretiens aucun lien profond avec qui que ce soit, même avec mon "meilleur pote" du lycée et les copains. Les gens sont trop différents. C'est pourquoi je suis très souvent sur Internet. Là, je peux rencontrer des gens qui me comprennent, qui partagent des points en commun. Les vraies amitiés que j'ai eues, à part une seule, se sont faites en ligne. Je ne suis plus naïf et je sais que de vrais manants se cachent là-dessus, mais je suis assez intelligent pour les reconnaître et les éviter. Aussi, je suis tourmenté par une mélancolie profonde, liée à plusieurs petits éléments formant un puzzle mental complexe. Des pièces des moments positifs de mes années collège face à mes années lycée à la fois brillantes et horribles. Je vais en terminale et j'ai à la fois hâte d'y aller car j'ai de bonnes relations et j'adore apprendre et à la fois hâte de partir à l'université puis à l'étranger, l'un de mes objectifs, car j'ai du mal à supporter le système et la mentalité des jeunes.

Bref, après ce long texte, voici ce qui me préoccupe depuis des mois. J'ai énormément envie d'être ne couple. Une envie irrésistible. Vraiment. Mais je ne cherche pas d'amourette ou de je-ne-sais-quoi, je cherche une relation sérieuse, passionnée. Cependant, comme précisé en haut, je cherche un idéal. Que je ne changerai jamais, je le sais profondément. Cet idéal, il n'existe pas au lycée (j'ai cherché, pour être honnête) et il est aussi rare que du pétrole dans le monde. Il existe. J'ai rencontré quelques filles qui correspondaient plus ou moins. Mais ce genre de fille est très, très, très rare. Aussi, autant j'en ai envie, mais je ne suis pas complètement prêt, je pense. Je suis un peu égoïste sur certains traits, je ne sais même pas embrasser, je suis maladroit et je ne sais pas du tout comment m'y prendre avec une fille au-delà de l'amitié (la majorité de mes amis/connaissances sont des filles). De plus, je n'ai pas vraiment d'argent et le peu que j'ai est gardé précieusement pour mes projets. En plus, je finirai à l'étranger et je voyagerai souvent à cause desdits projets et des mes futures activités professionnelles (l'ambition ne manque pas). La patience, je l'ai, mais cela fait trop longtemps que j'attends pour l'amour.

Tout cela, en plus de mes expériences douloureuses, m'a poussé à envisager un voeu de célibat forcé, une idée qui me vient de diverses philosophies et spiritualités qui façonnent ma vie. J'en ai pas envie, mais je l'envisage de façon stricte et temporaire. Si je le prends, j'aurai plein de nouvelles règles à respecter et je n'aurai aucune pitié avec moi-même si je le enfreins. Les petits plaisirs seront supprimés. Il n'y aura de place que pour les projets et le travail personnel, entre autres. Cela me sera bénéfique, complètement, car je suis discipliné et j'ai besoin de règles pour vivre correctement. Cependant, cela aura également un côté néfaste. Une de mes confidentes m'a fait remarquer que si je rencontre une fille qui me plaît pendant le voeu, je serai bien embarrassé. J'ai aussi un peu d'espoir pour la terminale parce que ces derniers mois ont constitué un tournant exceptionnel dans me vie: de vieux tourments ont disparu, mes phobies se sont évaporées, je suis plus épanoui que jamais et je travaille sur des projets ambitieux qui risquent de faire parler de moi (sans me vanter) au lycée et dans les cercles sociaux. En plus, ma confiance en moi n'a jamais été aussi forte, j'ai totalement pris ma vie en main, et mes projets personnels et scolaires m'amènent et vont prochainement m'amener à rencontrer plein de gens. Je ne suis pourtant sûr de rien, d'où mes doutes permanents et mes hésitations. Je ne sais pas faire, voilà tout.

Merci pour la lecture de ce roman d'une longueur que je n'avais pas du tout prévue. Je ne m'attends pas à de conseils ou de réponses concrètes car franchement, devant une discussion pareille, je ne vois pas ce que vous pourriez faire, et j'ai encore d'autres choses à ajouter, certainement. Mes excuses pour le temps que je vous ai pris. En tout cas, j'avais fortement besoin de me confier car, après des mois et des mois, cela devenait pesant.

Bonne journée, bonne soirée, bonne nuit, quelque soit le moment où vous lisez ceci. Merci encore. :)
Je trouve pas les mots là. Me demande pas pourquoi mais ton texte m'a mis les larmes aux yeux et j'en tremble. Je te souhaite tout le bonheur possible et inimaginable
 

Haut