Quoi de neuf ?

À quoi ça sert de vivre ?

cocAlt.gamer

Apprenti(e)
Inscrit
26/5/19
Messages
64
Réactions
57
Depuis ma plus tendre enfance, toujours les mêmes questions : à quoi ça sert de vivre ? Pourquoi empêche-t-on les gens de ce suicider et par conséquent les oblige-t-on à vivre ?

Si à tout hasard vous pourriez m'éclairer, ce serait sympa.
 

Kagetane

Initié(e)
Inscrit
11/3/16
Messages
254
Réactions
16
Moi je dis que la vie c'est qu'un laps de temps.
Et le but de la vie c'est de remplir ce laps de temps avec des moments de bonheur à toi.
Et si on "empêche" les gens de se suicider c'est simplement pour qu'il puisse profiter du laps de temps qu'il leur reste. Rien ne sert de s'arrêter maintenant sachant que tu peux encore en profiter jusqu'à ce que ça s'arrête fatalement.
:)
 

Jds

Génie
Guide
Super-héro
Inscrit
2/8/14
Messages
1 217
Réactions
45
Je me pose de même une question probablement pas très lointaine de la tienne, qui est celle de "pourquoi les espèces cherchent-elles à survivre ?" et je pense que la réponse se situerait dans les lois naturelles, dans le simple fait que l'organisme tend à maintenir son homéostasie, par divers moyens selon les espèces.

Il n'y a pas de but spécifique, de finalité que la Nature a. la Nature ne souhaite pas une finalité, elle n'a besoin de rien, il n'y a donc pas réellement de sens de la vie, si ce n'est cependant que notre organisme coule si je puis dire, c'est-à-dire que dans les moments de joie, ton corps va se sentir bien, ton organisme va être libéré de ses contraintes, et va pouvoir poursuivre pleinement son conatus, le sens de la vie serait donc de la vivre, tout simplement, dirais-je.

Pour ce qui est d'empêcher autrui de passer à l'acte suicidaire, nous ne sommes pas vraiment légitime (ni illégitime) d'intervenir et de dire à la personne ce qu'elle a à faire ou non. C'est peut-être plutôt une sorte d'inquiétude pour autrui, ou bien on considère que le suicide n'est pas quelque chose de sain, ou en tout cas, n'est pas quelque chose qui montre un fonctionnement du corps qui est sain. De là, l'organisme ne maintient pas son homéostasie de par l'envie suicidaire qui mettrait fin à la vie, et donc l'individu ne pourrait plus vivre. Mais dans le suicide, l'individu concerné ne cherche pas à ne plus vivre, mais à vivre en paix, ironiquement, sa vie se trouve dans la fuite de celle-ci, de par les caractéristiques que son actuelle vie lui incombe. Mais dans les faits, cet individu est contraint, et non pas fait le choix, non pas veut, mais je dis bien est contraint à fuir cette vie, ou à en tout cas chercher à prouver sa vie et son existence en la terminant. Et c'est cette contrainte d'en arriver à là qui nous montre bien que son homéostasie était dérégulée, possibles sentiments négatifs, possible baisse d'estime de soi, possible anhédonie, possible perte de la faim, et d'autres possibles caractéristiques qui montrent que cette personne est empêchée de vivre.

P.S. : Bien sûr, on notera que l'on peut recourir au suicide assisté et d'autres formes d'accompagnement de fin de vie, et cela se peut car les contraintes qui s'exercent sur la personne sont dans le moment-même non supprimables ou bien qu'on ne peut pas réduire leur impact autant que cela, ce qui nous amène à reconsidérer la demande de la personne qui souhaite mettre fin à sa vie, là où elle ne souffrira plus. Il faut donc faire attention aux contraintes qui s'exercent, si elles sont, ou non pour le moment et seulement le moment relevé, immuables ou changeables.
 
Dernière édition:

Lili Water

Apprenti(e)
Inscrit
30/6/19
Messages
201
Réactions
155
Depuis ma plus tendre enfance, toujours les mêmes questions : à quoi ça sert de vivre ? Pourquoi empêche-t-on les gens de ce suicider et par conséquent les oblige-t-on à vivre ?

Si à tout hasard vous pourriez m'éclairer, ce serait sympa.
Bien le bonjour.

Je n'écrirai certes pas aussi bien que les deux personnes précédentes, mais je vais essayer de te répondre tout de même, à ma manière.

D'après, la Vie n'a aucun sens en elle-même. Enfin, ce que je veux sire c'est que le fait de vivre n'a aucun sens en général. L
Messages fusionnés automatiquement:

Bien le bonjour.

Je n'écrirai certes pas aussi bien que les deux personnes précédentes, mais je vais essayer de te répondre tout de même, à ma manière.

D'après, la Vie n'a aucun sens en elle-même. Enfin, ce que je veux sire c'est que le fait de vivre n'a aucun sens en général. L
Ouppppsssi !!
Envoi involontaire !!
Recommançage après ;)
Messages fusionnés automatiquement:

Depuis ma plus tendre enfance, toujours les mêmes questions : à quoi ça sert de vivre ? Pourquoi empêche-t-on les gens de ce suicider et par conséquent les oblige-t-on à vivre ?

Si à tout hasard vous pourriez m'éclairer, ce serait sympa.
Bien le bonjour.

Je n'écrirai certes pas aussi bien que les deux personnes précédentes, mais je vais essayer de te répondre tout de même, à ma manière.

D'après, la Vie n'a aucun sens en elle-même. Enfin, ce que je veux dire c'est que le fait de vivre n'a aucun sens en général. Enfin, si nous ne trouvons pas de sens nous-même, elle n'en aura pas. C'est à nous de trouver le sens, le but de notre vie, au fur et à mesure que celle-ci passe.
C'est un peu comme un jeu, que nous achetons un peu au hasard, sans regarder la description, et dont, lors de notre première utilisation, nous déclare que c'est à nous de jouer. Sans aucune autre explication. Non, pas tout à fait quand même...
Ou alors un livre que l'on écrit, sans en savoir la fin, ni le milieu, ni même le futur proche. On n'en sait seulement le présent. On ne sais pas qui seront les personnages rencontrés, les obstacles relevés (ou pas), les décors... On sait seulement que ce bouquin aura une fin. Plus ou moins proche. Et tant que l'on ne sait pas ce qui arrivera demain, il faudrait profiter du moment présent, pour ne rien avoir à regretter. Tout en respectant les autres personnages, bien sûr. Le plus intéressant, dans cette écrit, c'est que chaque personnage à une histoire, et qu'il en est le héros.
C'est en pensant aux vies des autres personnages que l'on refuse leur mort. Car au fond, cette personne, qui veut mettre fin à son livre, pourquoi ne serait-ce pas nous, demain ? Donc, peut-être, en voulant "sauver" ce personnage, on se sauve soit-même, dans le futur.
Après, bien sûr, il faut prendre en compte les liens entres les personnages. Si l'on est attaché au personnage suicidaire, on refuse sa mort. Car elle nous serait douloureuse.

Vouloir empêcher quelqu'un de se suicider, ce serait pour soit-même.
Je pense ?

Peut-être que, dans certains cas, ce serait un sentiment de "justice" qui nous pousse à le faire : on profite de la Vie, pourquoi pas lui ? Pourquoi laisser mettre un terme à une vie qui pourrait être plus colorée le lendemain ? Pourquoi vouloir terminer un livre qui pourrait avoir une autre fin ?

Empêcher quelqu'un de se suicider, c'est aussi parce que l'on ne sait pas de quoi sera fait son lendemain.
Il est malheureux aujourd'hui. Peut-être ne le serait-il plus demain ? Peut-être pourrais-je faire quelque chose ? S'il attend encore un peu, s'il continue encore un peu, peut-être que tout ira mieux ?

C'est égoïste, car on devrait pouvoir décider soit-même de la fin de son livre, mais qui nous dit, qu'est-ce qui nous dit que les Humains ne le sont pas ?

Messages fusionnés automatiquement:

Voilà ! Désolée, c'est très embrouillé, je ne sais pas si quelqu'un arrivera à me comprendre, ma je tenais quand même à l'écrire.
Messages fusionnés automatiquement:

*mais
 
Dernière édition:

Jupiter

Vagabond(e)
Inscrit
14/6/19
Messages
19
Réactions
33
J'ai la flemme, mais je te conseil de lire de la philo. Une bonne dose chaque semaine (1 à 2 notions). C'est bon pour ... euh ... (tenter de) comprendre notre absurde expérience de la réalité.



Aussi, je te recommande plus particulièrement du Nietzsche. Je dirais dans sa conception du nihilisme peut-être, question de t'éclairer sur «l'absence de sens» qu'on peut ressentir face à notre existence.
 

Kiko1

Grand(e) sage
Inscrit
29/8/17
Messages
786
Réactions
19
Peut-être qu'il faut vivre pour mourir (si puis-je dire), que à la mort il y a un truc spécial par rapport à ce qu'on a vécue (désolée, c'est très mal expliqué).

Puis on vit, on a de la chance de vivre, je pense qu'on va bien trouver la raison un jour, j'ai toujours pensée qu'on était là pour accomplir un but et que pour le trouver il faut tous s'unir. Personnellement je crois au destin et j'ai même des preuves qu'il existe.
Il faut profiter de l'instant présent.
 

KAUSHU

Initié(e)
Inscrit
3/11/18
Messages
256
Réactions
41
En fait...
Pour être clair je vais te parler le plus logiquement possible...
Un lorsqu’un être vivant meurs, c’est la fin pour lui, il n’y a rien après...
Alors étant donné qu’on a une vie et que c’est la seule chose qu’on aura, autant la vivre jusqu’au bout car on a tout à perdre en se suicidant...

Pour moi le suicide n’est pas une option, je comprends qu’on puisse y être attiré mais il nous prive de tout ce qu’on a, en plus il cause de la peine à notre entrée entourage...

Le suicide est quelque chose d’égoïste, et il n’apporte rien à part des pleurs...

Alors il vaut mieux vivre sa vie jusqu’au bout quelle qu’elle soit car c’est la seule chose qu’on ait...
 

Leo-rd

Vagabond(e)
Inscrit
16/5/19
Messages
11
Réactions
3
KAUSHU ,
As-tu déjà ressenti(e) cette sensation de vide en toi qui retire à la vie toute beauté et tout intérêt ?
Je comprend parfaitement ta vision de l'acte égoïste dans le suicide, mais si l'on regarde les choses sous cet angle, une quantité énorme de nos actes sont on ne peut plus égoïstes. Et finalement est-ce une mauvaise chose dans la limite du raisonnable ?
De mon point de vue, le "néant" dont parle Nietzsche est une sensation bien pire que la tristesse des plus douloureuse, car cette tristesse nous prouve que nous avons un attachement à la vie.
A contrario, pourquoi se lever si rien ne nous y pousses ?
je sais que bien des choses peuvent redonner un sens à la vie et qu'il faut attendre de trouver ce chemin, c'est pour cela que le suicide parait être un erreur des plus grave.
Mais il y a une fatigue qui ne peut être guérie qu'en mettant fin à tout cela, sur le moment on souhaite uniquement que tout s'arrête.
Je suis beaucoup plus nuancé que vous autres, mais sachez que je ne plaide pas en faveur du suicide, je le comprend.
Pour tenter de t'éclairer cocAlt.gamer , si tu te pose la question du sens de la vie c'est que tu ne l'a vraisemblablement pas trouvé, la vie peut être tout, je ne serais jamais comme bon nombre de philosophes qui s'égarent à démystifier chaque composante de la vie, elle est d'une complexité où la résignation parait être la seule solution. Je rejoins donc Socrate pour qui la sagesse figure être le fait de savoir que l'on ne sait pas ( cependant je tiens que ce n'est pas l'entièreté de la "sagesse").
Je ne peut donc que te souhaiter de garder l"espoir pour qu'un jour tu n'ai(e) plus à te poser cette question.
 

GrominetLyonnais

Vagabond(e)
Inscrit
28/10/17
Messages
6
Réactions
0
Bonjour! Alors je vais essayé de te répondre, car il faut avoué que c'est une question que beaucoup de gens se posent.

Certes, on nous a répété mille fois que la vie était un cadeau, et tralali et tralala, mais nous savons pertinemment que cette réponse est loin d'être suffisante pour répondre à nos problèmes.


Nous sommes tous nées, d'une mère ou d'un père, avec un coeur et un cerveau. On a pas toujours la chance de naître comme on aurait voulu, mais ces deux organes nous servent à pouvoir évoluer dans ce monde, être prêt à vivre les différents évenements de notre vie, donc on peut tous vivre nos rêves et être la personne qu'on est réellement au font de nous.



Alors certes, on comprend pas forcement pourquoi on a pas ci, pourquoi on a pas ça, pourquoi on est pas comme ça. On peut vivre des moments très compliqués, et c'est dans ce moment là qu'on pense qu'on a plus notre place sur Terre, qu'il se porterait mieux sur Terre.

Mais penses tu vraiment que si toute les personnes n'étant pas si utile à ce monde devrait disparaitre, on serait aussi nombreux aujourd'hui? La vérité est qu'on est tous égaux (bien que certains pays ne sont pas forcément le parfait exemple), et qu'on possède tous les 2 organes dont je t'ai parlé dernièrement, qui te donnent la possibilité d'être heureux, et de réalisé tes rêves. Personne ne mérite la vie plus qu'une autre, personne ne mérite de vivre ses rêves et d'obtenir ce qu'il a envie plus que les autres.

Alors un choix t'est laissé: soit tu décides d'en finir et de regretter toutes les belles choses qui auraient pu arrivé si tu avais décidé de te battre, soit tu décides d'accepter toutes les choses tristes qui te sont arrivés dans la vie, et que tu en tires des bonnes leçons, afin de le surmonter, et de t'aider dans les projets que tu envisages pour ton avenir, et de vivre ce bonheur dont tu rêves.

La vie, ce n'est ni une amie, ni une ennemie. C'est plus un test. Elle t'apporte des galères n'ont pas pour t'écraser, mais pour te tester, pour voir si tu vas réagir face à cette injustice, si tu vas te transformer en guerrier, ou alors si tu vas te laisser abattre. Le bonheur, il faut aller le chercher, même si tu vis les pires moments de ta vie, tu dois te battre même si tu n'as pas de réel signe que tu vas y arriver.

Alors non, la vie n'est pas un long fleuve tranquille, ni une partie de plaisir, mais une aventure, et comme toute histoire, une aventure doit être parcourue du début jusqu'à la fin, car si tu décides de partir de ce monde, tu ne connaitras jamais le bonheur qui t'étais destiné!


Persevere, et tu réussiras, mais ne fait pas ce choix débile, qui risque de gacher tout le potential que tu as! J'espère t'avoir aidé
 

KAUSHU

Initié(e)
Inscrit
3/11/18
Messages
256
Réactions
41
KAUSHU ,
As-tu déjà ressenti(e) cette sensation de vide en toi qui retire à la vie toute beauté et tout intérêt ?
Je comprend parfaitement ta vision de l'acte égoïste dans le suicide, mais si l'on regarde les choses sous cet angle, une quantité énorme de nos actes sont on ne peut plus égoïstes. Et finalement est-ce une mauvaise chose dans la limite du raisonnable ?
De mon point de vue, le "néant" dont parle Nietzsche est une sensation bien pire que la tristesse des plus douloureuse, car cette tristesse nous prouve que nous avons un attachement à la vie.
A contrario, pourquoi se lever si rien ne nous y pousses ?
je sais que bien des choses peuvent redonner un sens à la vie et qu'il faut attendre de trouver ce chemin, c'est pour cela que le suicide parait être un erreur des plus grave.
Mais il y a une fatigue qui ne peut être guérie qu'en mettant fin à tout cela, sur le moment on souhaite uniquement que tout s'arrête.
Je suis beaucoup plus nuancé que vous autres, mais sachez que je ne plaide pas en faveur du suicide, je le comprend.
Pour tenter de t'éclairer cocAlt.gamer , si tu te pose la question du sens de la vie c'est que tu ne l'a vraisemblablement pas trouvé, la vie peut être tout, je ne serais jamais comme bon nombre de philosophes qui s'égarent à démystifier chaque composante de la vie, elle est d'une complexité où la résignation parait être la seule solution. Je rejoins donc Socrate pour qui la sagesse figure être le fait de savoir que l'on ne sait pas ( cependant je tiens que ce n'est pas l'entièreté de la "sagesse").
Je ne peut donc que te souhaiter de garder l"espoir pour qu'un jour tu n'ai(e) plus à te poser cette question.
Bien évidemment que je comprends qu’on puisse être attiré par le suicide, j’étais obligé de savoir ça pour créer un résonnement logique...

Car avec le nombre de suicide qu’on a, partir du fait qu’ils sont tous inconscients et qu’ils sont tous tombés dans le même piège est impossible...
 

cocAlt.gamer

Apprenti(e)
Inscrit
26/5/19
Messages
64
Réactions
57
D'abord, merci à tous d'avoir répondu.

Pour moi, le suicide ( je ne suis pas suicidaire pour ceux qui se posent la question ) n'est pas égoïste dans le sens où la personne perd tout, même son existence.
Certains disent que seuls les faibles se suicident, ce qui est pour moi faux. Affronter la mort est un acte de courage immense et quand c'est la dernière solution...
 

Non-Believer

Vagabond(e)
Inscrit
1/5/19
Messages
46
Réactions
16
Si nous voulons continuer de vivre, c'est parce que la mort est une entité inconnue de tous, certains prennent le risque de mettre fin à leurs jours parce qu'il pense que la vie après la mort existe, et/ou qu'un monde les attend. Il y a un risque à prendre pour savoir si la mort est un monde ou une fin. Généralement, la société voit ça comme mal, mais tout cela n'est que causé par l'influence morale, comme celles des religions qui voient le suicide comme le mal et mène à l'enfer notamment dans la religion chrétienne. (PS : Inconsciemment, si on voit le suicide comme mal c'est parce que c'est une influence morale, puisqu'elle est décrite comme "mal" justement).

Après sur la question : "à quoi ça sert de vivre ?". On peut tout d'abord dire plusieurs choses. De une il n'y a aucun sens inhérent à la vie. Nous ne vivons pas pour un objectif à notre naissance. Nous vivons surtout pour vivre ce qui là n'a rien de concret et ne veut rien dire premièrement. C'est la société dans laquelle nous vivons qui nous donne un objectif. Cet objectif diffère selon tous, mais Nietzsche me renverrait tout de suite à ce qu'on appelle la Volonté de puissance. Celle qui résume que l'être humain est un être qui se surpasse, un être qui s'améliore. Voilà ce que je pense de la vie. Vivre sert à atteindre des objectifs que nos affects et surtout notre raison ont permis de trouver juste !
 

Mizu1

Grand(e) sage
Inscrit
4/11/17
Messages
509
Réactions
7
À quoi ça sert de vivre ? Et tout contrairement, on pourrait se demander à quoi ça sert de mourrir. Je te répondrais de la même façon au deux : à tout et à rien ///

Bref, une personne qui se suicide a tout perdu lorsqu'elle meurt, Game over. Les gens essaye de les pousser à ne pas passer à l'acte, car leurs souffrances est bien souvent que temporaire. Et selon moi, ceux qui ont réussi à se suicidés sont ceux qui ont le plus perdus

En même temps, par exemple, n'importe qui qui voient un enfant de 10 ans essayé de ce jeter en bas d'un pont ne va pas le laisser faire
 
Dernière édition:

Babbie

Grand(e) sage
Inscrit
8/8/15
Messages
638
Réactions
13
Pour moi c’est une porte de sortie qui reste dans un coin de ma tête en dernier recours.
 

Non-Believer

Vagabond(e)
Inscrit
1/5/19
Messages
46
Réactions
16
En même temps, par exemple, n'importe qui qui voient un enfant de 10 ans essayé de ce jeter en bas d'un pont ne va pas le laisser faire
Oohhh tu sais JB.Clamence la bien fait avec une jeune femme dans La Chute d'Albert Camus ! Tout est possible ! :shinoa:
 

Jds

Génie
Guide
Super-héro
Inscrit
2/8/14
Messages
1 217
Réactions
45
Mais du coup il y a un débat là ?
 

Non-Believer

Vagabond(e)
Inscrit
1/5/19
Messages
46
Réactions
16
Mais du coup il y a un débat là ?
C'est une discussion quoiqu'il arrive. Donc ne vient pas chipoter. Chacun apporte son idée, c'est tout. C'est un débat si tu veux mais on s'en branle de la forme, ça ne permet pas de répondre à son problème dans ce cas actuellement.
 

Jds

Génie
Guide
Super-héro
Inscrit
2/8/14
Messages
1 217
Réactions
45
C'est une discussion quoiqu'il arrive
Le sujet se trouve dans "Actualités et débats de société"

Chacun apporte son idée, c'est tout
Mais du coup c'est une exposition ou une réflexion à partir des idées qui se fait ? Actuellement j'ai l'impression que c'est une exposition et que chacun dit son idée, et souvent ça chevauche, alors qu'on pourrait tous pointer vers une réflexion approfondie en alliant nos définitions et cetera :eek:

ça ne permet pas de répondre à son problème dans ce cas actuellement
kois
 

Ragnarokk

Initié(e)
Inscrit
17/4/19
Messages
283
Réactions
83
Je me pose de même une question probablement pas très lointaine de la tienne, qui est celle de "pourquoi les espèces cherchent-elles à survivre ?"
Là pour le coup la réponse est simple : les espèces qui ne cherchent pas à survivre disparaissent, il est donc logique qu'on ne soit entouré que d'êtres cherchant (sauf exceptions individuelles) a se perpétuer.

La sélection naturelle favorise même très précisément les lignées qui mettent au premier plan la reproduction. En gros les animaux à tendance suicidaire peuvent faire lignée, s'ils se suicident après avoir enfanté (les exemples abondent dans la nature).

C'est ce mécanisme qui explique l'attirance des garçons pour une fille qui passe, et réciproquement. Les apathique du sexe s'éteignent sans perpétuer leurs gènes.
Nous sommes avant tout des animaux.
 

Leo-rd

Vagabond(e)
Inscrit
16/5/19
Messages
11
Réactions
3
Ragnarokk,
Ton point de vue m'intéresse, je me suis souvent demandé si nous vivions encore pour nos objectifs primitifs d'animaux, comme tu le dis.
Je dois avouer que cette conclusion m'a déçu, n'aurions nous pas évolués depuis ? être emprisonnés par des mécanismes primitifs...
l'amour garçon-fille ne serait alors qu'un but de reproduction ( Schopenhauer rpz) ? Soit cette réalité n'est plus d'actualité, soit je suis bercé d'illusions. Enfin on doit tous se raccrocher à quelque chose ^^
Je trouve cette vision des plus logiques mais je ne peux m'empêcher d’espérer que cela ne s’arrête pas à la prospérité de l'espèce,
les sentiments ne seraient que prétextes ?
la complexité de tout ce qui nous entoure perd toute sa valeur à mes yeux si la finalité de la vie est de ne pas disparaître.
Je m'excuse cocAlt.gamer, je m'écarte légèrement du sujet de base mais je serais intéressé d'avoir vos avis à tous (car je ne sais vraiment pas quoi penser).
 
Dernière édition:

Kagetane

Initié(e)
Inscrit
11/3/16
Messages
254
Réactions
16
Ragnarokk,
Ton point de vue m'intéresse, je me suis souvent demandé si nous vivions encore pour nos objectifs primitifs d'animaux, comme tu le dis.
Je dois avouer que cette conclusion m'a déçu, n'aurions nous pas évolués depuis ? être emprisonnés par des mécanismes primitifs...
Je pense que ça prend du temps d'évoluer x) et puis l'évolution ne garde que ce qui marche le plus, il est complètement possible que nous gardions cet état d'esprit pour un paquet de temps.
l'amour garçon-fille ne serait alors qu'un but de reproduction ( Schopenhauer rpz) ? Soit cette réalité n'est plus d'actualité, soit je suis bercé d'illusions. Enfin on doit tous se raccrocher à quelque chose ^^
Je trouve cette vision des plus logiques mais je ne peux m'empêcher d’espérer que cela ne s’arrête pas à la prospérité de l'espèce,
les sentiments ne seraient que prétextes ?
Que réactions chimiques en soit :)
la complexité de tout ce qui nous entoure perd toute sa valeur à mes yeux si la finalité de la vie est de ne pas disparaître.
Moi je le vois autrement, je trouve ça magnifique au contraire. Mais ça dépend de chacun x)
 

Ragnarokk

Initié(e)
Inscrit
17/4/19
Messages
283
Réactions
83
Ragnarokk,
Ton point de vue m'intéresse, je me suis souvent demandé si nous vivions encore pour nos objectifs primitifs d'animaux, comme tu le dis.
Je dois avouer que cette conclusion m'a déçu, n'aurions nous pas évolués depuis ? être emprisonnés par des mécanismes primitifs...
l'amour garçon-fille ne serait alors qu'un but de reproduction ( Schopenhauer rpz) ? Soit cette réalité n'est plus d'actualité, soit je suis bercé d'illusions. Enfin on doit tous se raccrocher à quelque chose ^^
Je trouve cette vision des plus logiques mais je ne peux m'empêcher d’espérer que cela ne s’arrête pas à la prospérité de l'espèce,
les sentiments ne seraient que prétextes ?
la complexité de tout ce qui nous entoure perd toute sa valeur à mes yeux si la finalité de la vie est de ne pas disparaître.
Bah non il ne faut pas le voir comme cela. Notre animalité nous donne en quelque sorte des "moteurs" (la libido par exemple) mais nous avons une grande latitude sur la manière dont nous allons les utiliser. Par exemple on peut vouloir copuler avec toutes les personnes du sexe opposé qui passent, ou bien vivre toute sa vie avec une même personne, ou bien se faire moine, ... Freud parlait de sublimation de la libido dans certaines activités (religion, politique, ...), je pense que ce n'est pas une idée idiote (même si je n'aime vraiment pas Freud).

Donc tu peux parfaitement ne rien faire pour la prospérité de l'espèce (mais alors évidemment tes gênes s'éteindront).

Quant à l'amour garçon-fille, là encore on dépasse l'animalité de mon point de vue, plus sans doute que dans les relations parent-enfant, qui sont puissamment instinctives. Rien dans notre nature n'oblige à être séduit par un trait d'eyeliner ou par la mèche ravageuse d'un garçon... tout cela est construit et dépend de la personnalité de chacun.

Donc nous sommes des animaux, mais nous ne sommes pas réductibles à notre animalité.
 

Haut