Quoi de neuf ?

🌴Sujet Officiel Babillard général de l'oasis

Lune35

Éclaireuse
🏴‍☠️Pirate
🛡️Thanos
Inscrit
27/5/19
Messages
437
Réactions
631
Je viens tout juste de m'apercevoir que ce prénom à l'envers, ça forme presque ton surnom ... c'est pour ça que ça me faisait bizarre à chaque fois que je voyais ce nom 🤦🏼‍♀️
 

samy1s

Vagabond(e)
Inscrit
1/1/20
Messages
30
Réactions
29
"Suis-moi... Promis, je ne te ferai aucun mal. Certes, ma réputation parle pour moi, et pas en bien... Et alors ? Les gens changent, n'est-ce pas ?

Quoi ? Tu ne crois pas en moi... M'en fous, j'peux te prouver que j'peux être bon garçon... Regarde ! Je ne parle qu'à toi, du soleil levant à la prochaine lun..."

Nah, nah... Elle n'aimera pas... Faut qu'je trouve autre chose...

"Regarde, je... Suis... Je suis intelligent, oh oui ! Très même ! Imagine... Sortir avec moi ? Pfouah ! Un gros plus pour ta réput'"

Non... Non puta*n. Elle voudra jamais d'moi... Trop narcissique...

"Huh... Je t'aime."

Sans trop m'étaler... Ces deux mots suffirent à la combler.
 

M.i.z.u

Génie
Inscrit
4/11/17
Messages
1 040
Réactions
192
Mais oui, mais oui, dis-moi que tu vas manger des sushis... mais ne m’invite pas hein, il doivent être savoureux ces sushi et tu dois les avoir déguster avec toutes leurs saveurs... *l’eau me monte à la bouge* snif pourquoi n’y ai-je pas le droit, ahhhhhh je sens que je vais te bouder ! Putain des sushis, j’en veux... !
 
Inscrit
27/4/19
Messages
662
Réactions
457
Ce matin, je me suis réveillée et je te cherchais... Tu nous attendais derrière la porte lorsqu'on entré... Tu attendais à côté de moi, lorsque je nettoyais et remplissais ta fontaine... Je sentais ta présence... Aujourd'hui, tout à changé... Tu n'est plus là... A chaque fois que je pense à toi, mes larmes se mettent à couler sans que je puisse les retenir... 😭💖
 

Bloody Mary

Grand(e) sage
Inscrit
6/6/14
Messages
908
Réactions
81
Je suis tellement lassée, de tout ça. Tant de fois j'ai espéré revoir la personne que je connaissais en toi, voir quelqu'un de sincère avec lequel je n'aurai pas à devoir faire appel à des extrêmes pareils. Je sais maintenant que tout cela n'aura pas de résolution, que rien ne te fera changer. Parfois ça m'apaise, de me dire que j'aurais tout fait, pour essayer de te faire prendre conscience de tes contradictions. Que si cela devait se finir ainsi, c'est ce que c'était sans appel.
Mais nous sommes morts, nos rêves d'éternité jetés négligemment dans le cendrier. Nos discussions philosophiques réduites à néant, nos esquisses de mondes alternatifs balayées avec le vent.
Ce petit appartement ne verra pas éclore un nouveau couple de penseurs, comme celui, sartrien, dont nous nous moquions si fréquemment. Tu riais de la lâcheté de ces penseurs, dont les actes ne concordent jamais avec les paroles. Mais en es-tu si éloigné ? Ce monde possible est mort avec ta négligence, ton mépris. Avec du recul, je trouve cela vaniteux. Nous ne doutions pas de notre impact sur la société. Pourtant, ce fut si vite balayé, et si négligemment. Avec tes mots d'irrespect, de lâcheté, réduisant instantanément des kilomètres de lignes. Et surtout avec ton aveu de désamour, désavouant aussitôt les cimes et la plénitude du début. Toute notre fabrique de vérité, tissée à travers les textes que nous lisions, pour ce résultat méprisable, risible. J'aimerais jeter ces livres et ne plus jamais les ouvrir de ma vie, pourtant je me souviens comme j'ai cru en eux, et comme je voudrais encore y croire aujourd'hui. Mais mes certitudes vacillent. Ces convictions qui ont depuis si longtemps compté pour moi, je les vois tant mises à mal, tant défigurées par les autres, et désormais même par toi. Ne faut-il en garder que l'écume ? Les mots, mais pas l'essence ?
J'ai fait l'apprentissage du désaveu de la sincérité. Car si cela n'avait pas compté pour moi comme cela est le cas, tout aurait été pareil pour toi. J'aurais aimé, d'un côté, que mes convictions meurent avec toi. Aujourd'hui, je ne sais plus quoi en faire. Je pensais connaître la fin du chemin, la piste principale, je ne vois que des sentiers hésitants. Difficile de vivre pleinement quand on vous ôte ce qui constituait votre foi. Car oui, elle pourrait subsister en moi, intacte. Mais c'est ainsi, de par ce qu'elle signifiait, des étoiles aux trous noirs, elle restera éternellement transfigurée par tes derniers actes. Je n'ai plus que des questions et du cynisme auxquels la seule réponse paraît être l'absurde, cette philosophie amère.
Dois-je accepter de vivre l'absurde ?
Parfois je souffre affreusement de ma légèreté, de ma capacité à survivre, à me divertir, dans un contexte d'une telle médiocrité. Comme si je m'y étais résignée, comme si je jouais à ce que ces questions ne me fassent plus rien, à ce que je tolère ce manque de réflexions honnêtes. C'est ce que je déteste le plus en toi, ta capacité à te repaître de cette médiocrité, toi qui évoquait jadis les comètes. Ce tel vacillement de valeurs, qui fait finalement apparaître chaque chose comme contingente. Des maquettes jetées sans ménagement, et même pas un peu de respect envers moi ou envers toi-même. Le constat que par conséquent, chacun de tes axiomes et de tes propositions philosophiques était insoutenablement léger. Qu'il n'y a rien dans ton cœur, qui puisse lui donner une pesanteur.
Et plus intimement, la contingence de toutes ces choses que nous rêvions ineffables me fait aussi porter cette question, chaque jour: puis-je être réellement aimée ? Est-ce que cela peut durer ? Peut-on ne pas se lasser de mes certitudes, de mes doutes, de mes émerveillements ?
Tu m'as laissée à nu, comme les écorchés des gravures anciennes.
Écorchée de mes confidences et de mes souhaits dont je te faisais part, décidée à partager pleinement le monde. Pourtant, aujourd'hui, je suis revenue à cette solitude que nous décrions. Mais écorchée pour rien, juste plus soumise au froid de la ville.
Parfois j'écoute ces chansons de Léo Ferré, dont je me sentais si protégée, riant de son cynisme. Désormais, je sais que tout s'en va. En sera-t-il toujours ainsi ? La médiocrité, l'irrespect succédant à l'admiration ?
Au fond je souffre tellement, de ne pouvoir parler de ça à personne qui puisse le comprendre. À devoir le résumer en des termes grossiers, alors que cela implique tellement plus, d'un point de vue philosophique. C'est un crucifix qu'on démembre.
Céline disait, "l'amour, c'est l'infini mis à portée des caniches". Le nôtre fut mâché et recraché. Méprisable, risible, un amour de plastique et de pacotille que nous croyions de marbre. C'est pour lui que j'ai le plus de peine, car j'ai l'impression qu'à travers lui, chaque chose belle et vraie que j'ai pu voir dans le monde n'est plus que contingente et passagère.
Comment ne pas être aspirée au seuil de la fin de toute chose, sous le poids d'une telle contingence ?
Sans doute me le diras-tu, l'œil vide, en vie pour rien, sans pitié aucune pour tes promesses passées, feuilles envolées.

 
Dernière édition:

samy1s

Vagabond(e)
Inscrit
1/1/20
Messages
30
Réactions
29
Vraiment déçu de ton comportement, je plaçais tant d'espoir en toi. Au début, je me disais que le temps ferait les choses, que la patience était la clé... Je te parlais de ce qui me dérangeait, de ce qui ne me plaisait pas, de ce que je voulais qu'on change... Mais, je vois que ça ne rime à rien.

Non, ça ne s'arrêtera pas là... L'imparfait de l'indicatif n'est là que pour te pincer un petit peu, te pousser à réagir. Accorde-moi l'importance que je t'accorde, c'est tout ce que je te demande.

Je t'aime.
 

Lune35

Éclaireuse
🏴‍☠️Pirate
🛡️Thanos
Inscrit
27/5/19
Messages
437
Réactions
631
On va avancer, je le sens (et le sais).
Il faut qu'on le fasse, même si ça va pas être facile, il faut qu'on surmonte l'appréhension.
 

Rapunzel

Grand(e) sage
Inscrit
5/4/19
Messages
586
Réactions
462
Ne pas avoir la capacité d'aider les gens est horrible.
Empirer leur état en essayant de les aider est encore pire.
Je n'y arriverai jamais.
Il y a des choses en nous qu'on ne peut pas changer.
 

Nuvole Bianche

Grand(e) sage
Inscrit
1/11/19
Messages
899
Réactions
285
Please don't, please don't leave
Don't know why Don't know why
It's not even raining but outside the window
You grow white and further apart
 
Inscrit
27/4/19
Messages
662
Réactions
457
Je dédie ce message à 4 personnes @~Nathou~ @aloneW @Coucou😊 et @Nuvole Bianche :
Par ces quelques mots, je tenais à vous exprimer ma gratitude et ma reconnaissance. Et à vous remercier pour votre bienveillance, votre écoute et votre sollicitude que vous m’avez prodigués avec respect et délicatesse. Vos grandes attentions et votre disponibilité ont été une aide précieuse pour moi. Grâce à vous, cet évènement tragique a été moins lourd à porter et à supporter.

Ces gestes d’amitiés, ces soutiens m'ont réchauffé le cœur et m'ont donné l’impression que ma peine était partagée. Pendant un moment, j'ai cru que j'allais affronter ce moment d'une profonde tristesse sans aucune marque d'affection... Que tout le monde se foutait de ma détresse... C’est dans les moments difficiles que l’on reconnait la valeur d'une personne… Vous êtes imprégnés d’altruisme et d’une grande générosité.

Le départ d’un animal, la mort qui frappe est un douloureux événement mais aussi un temps de grande sensibilité où chaque geste de soutien, chaque geste d’amitié est perçu intensément.

Que ce sincère message de remerciement vous dise combien vous êtes placé haut sur l’échelle de mon estime personnelle.
 

Bloody Mary

Grand(e) sage
Inscrit
6/6/14
Messages
908
Réactions
81
Souviens-toi du silence, de l'attente, des promesses faites aux étoiles.
De l'évidence, des marches dans tout Paris, et des décennies prochaines comme un simple couloir. Notre mur de convictions, nos utopies communes qui ensemble n'en devenaient plus.
Souviens-toi d'avoir imaginé la vie prochaine de millions d'autres dans le noir, dans ces confidences à demi-mot quand le soir tombait.
Peut-être est-ce simplement moi qui ait rêvé, qui ait rêvé la chose qui m'a parue la plus réelle de toute ma vie. Chaque chose à sa place, plus de peurs, ce que je veux être qui croit comme croit une fleur.
Je ne te demande pas de faire un effort pour te souvenir, mais je me dis que peut-être, par bribes, un éclat de sincérité te vient, un éclat de vrai, où tu réalises comme moi comme alors nous ne nous sentions plus perdus. Comment aurais-je pu imaginer que celui qui me protégeait face au monde deviendrait celui qui m'en ferait avoir peur ?
Je ne veux pas de dialogues construits en amont, je ne veux pas raviver de cendres si elles sont étreintes, et ronger un peu plus le bois de cette statue. Les éclats de sincérité ne doivent pas être préparés à l'avance, ou expliqués.
Comment la discussion a pu devenir si compliquée, comment avons pu nous transformer en deux étrangers ? C'est plus facile pour moi de me dire que tu as été inconstant et mauvais, et de trouver cela comme fil directeur, pourtant il m'a semblé à certains moments vivre pleinement, et mon cœur garde le souvenir de cette honnêteté là. Qu'en fais-tu toi, maintenant que tu sais que tout cela s'en est allé comme une planète qui s'éloigne dans l'infinité des choses ? Au fond, la vie reprend son cours.
Te reste-t-il quelques souvenirs, au fond de toi, qui t'aveuglent par leur honnêteté, qui rendent le tout superflu ? Ou tout cela n'était-il qu'un attirant mirage ?
Si cette chose n'est pas imperméable au temps, alors quel marbre le sera ? Les années passent, les siècles et les mondes, et tout est éphémère, et tout passe. Je garderai cela dit en moi ta promesse d'infini, défigurée elle aussi comme chaque chose qui puisse être au monde.
Souviens-toi, si dans ces souvenirs tu trouves quelque chose de pur, quelque chose qui se tient au dessus des larmes et des moues, des reproches et des foules.

 

Rapunzel

Grand(e) sage
Inscrit
5/4/19
Messages
586
Réactions
462
J'ai pas le courage d'écrire ce que j'ai putain.
Ça fait 35 minutes que j'suis sur le babillard à écrire puis supprimer ce que j'ai fait.
Alors que j'ai envie.
Mais je sais que quelqu'un le lira.
Même si je l'ecris sur du papier, quelqu'un le lira.
N'importe où où je le dirais quelqu'un l'entendra.
Même si c'est dans ma tête, si ça tombe, les gens peuvent entendre dans les pensées.
Les oiseaux entendent.
Les murs ont apparemment des oreilles.
Le dessin...laisse tomber je sais pas dessiner.
Hmmm...ici c'est peut-être la meilleure manière, mais j'y arrive pas.
Espèce d'imbécile.
Ne réfléchis pas, poste.
 

Kawauso

Vagabond(e)
Inscrit
13/6/19
Messages
34
Réactions
31
Je voudrais tout recommencer depuis le début. Ça serait tellement plus simple.
J’ai peur de t’avoir blessé maintenant. J’ai pas réalisé à quel point on pouvait être différent, à quel point ça pouvait t’intimider. Et puis si je pouvais m’étendre plus facilement sur ce que je pense et sur ce que je ressens, tout serait tellement plus simple; plus simple de te faire savoir à quel point ton authenticité, ton courage me rendent fière de t’avoir rencontré, plus simple de tout te dire et plus simple de créer un réel lien. Mais je vais y arriver. On va y arriver.
Je vais le faire
Je vais le faire
Je vais le faire

Je vais le faire
 
Dernière édition:

Activité récente 🌱

Haut