Quoi de neuf ?
Tu as un vélo et tu recherches un petit boulot pour faire de l'argent de poche avant ou après les cours ? Deviens coursier Ubereats sans plus attendre 🚴‍♂️🍔💰

Babillard général

Lune35

Initié(e)
Guide
Thanos
Inscrit
27/5/19
Messages
291
Réactions
294
Merci d'avoir été là, quand même (un peu sera toujours mieux que rien), tu as illuminé ma journée, comme tu le fais toujours le soir pour le lendemain 😊
 

NathMuMu

Grand(e) sage
Inscrit
14/2/19
Messages
673
Réactions
665
Ce soir je fais mon gros devoir... Est ce que ça me déconcentera, ou l'inverse ? Boh, peu importe
 

SundaeCaramel

Apprenti(e)
Inscrit
25/11/19
Messages
233
Réactions
136
Des années à être si proches.
Je t'ai tout confié.
Et toi, en quelques mots tu as tout effacé.
Si tu savais à quel point tu m'as brisé le coeur.

Je n'ai jamais voulu que ça se termine comme ça.
Je savais peut-être au fond de moi, qu'on finirait par être tous les deux blessés.
Mais tu as été injuste
en vers moi. D'accord, j'ai peut-être aussi brisé ton coeur.
Mais toi, tu as déversé toute ta haine la plus profonde dans tes mots qui m'étaient destinés.
Et je crois que je n'ai jamais autant souffert à cause de quelqu'un.
Pourtant tu étais important.
Oui tu l'étais.
Je t'ai tout confié.

>>
Veuillez cliquer sur Connexion or S'inscrire pour voir le contenu.
<<
 

NathMuMu

Grand(e) sage
Inscrit
14/2/19
Messages
673
Réactions
665
J'suis si content que ce soit elle et pas les autres didon
 

timotwo

Grand(e) sage
Inscrit
15/3/16
Messages
858
Réactions
16
Tu voyais peut-être ça comme une simple amourette d'ado, mais sache que moi je voyais plus loin que ça... Et même encore ce soir, je me dis que si les circonstances se notre histoire avait été différentes, ça aurait possible. En tout cas, j'y croyais et parfois, comme ce soir, j'y crois toujours...

Tu m'as dis que tu ne m'oublierais jamais, j'espère que tu tiens cette promesse, même si j'en doute.

Je revis les scènes, je me demande ce que j'ai raté, pourquoi c'est arrivé, qu'est-ce qui s'est passé? Ces souvenirs sont si forts que j'arrive à les revivre, à ressentir ce que je ressentais pour toi!

Oui j'étais un ado dépressif, oui j'avais besoin d'amour, oui j'étais dépendant de toi et je suis désolé que ça t'est fait du mal! Mais au dessus de ça, je sens que je t'aimais réellement...

Aujourd'hui, tu es peut-être encore avec lui, que vous vous aimez, qu'il te protège comme je n'ai pas su le faire... Je l'ai détesté d'avoir prit cette place et je t'ai détesté pour le lui avoir laissé. Mais ce n'est pas à moi de faire ce choix, je serais prêt à tout remettre à zéro pour toi.

Peut-être que je me fais juste des films, que j'écris ça pour rien, 'fin soit. Sache que je t'accueillerais toujours à bras ouvert. Je n'oublie pas cette image qui disait "Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerais"
 

Vulcain

Vagabond(e)
Inscrit
10/11/19
Messages
2
Réactions
1
Alors c'est là, où j'en suis.
Je ne peux pas m'empêcher de penser au moi enfant, ou même au moi d'il y a 4 ou 5 ans. Il espérait un tel échappatoire, une telle issue face à l'hypocrisie de son entourage, à ses mensonges et à ses non-dits, quelque chose de vrai qui surpasserait tout le superficiel et le dispensable, et puis surtout de la compréhension, une telle compréhension. Je me souviens de la fin du collège, avec deux yeux tristes qui ne savaient pas pleurer et rentraient toute la colère et l'incompréhension en eux, de se voir imposer de grandir si vite par ceux qui l'entourent. Je rêvais de la naïveté, de l'innocence des autres. Mais je tenais bon en pensant découvrir quelqu'un qui comprendrait mon incompréhension. À deux, on pourrait ne pas comprendre le monde. Je l'espérais secrètement sans vraiment y croire.
Et puis, j'ai un jour cru que c'était possible. Je me suis retrouvée en toi. Désormais, que penser de tout cela ? J'avais l'impression de vivre dans chaque fibre de mon être.
Désormais, retourné au sale, au banal, je ne peux que me moquer de cet amour de pacotille, qui a tant laissé entrevoir pour ne rien créer. Et j'ai l'impression de parler à une sorte d'avatar de toi, depuis des mois. Les discussions ne mènent à rien, et je me sens comme obligée à maintenir ce jeu où je ne me sens pas comprise, forcée de garder un masque comme s'il s'agissait là de ce que je suis en réalité, et de m'aliéner à travers cette relation.
Car je m'aliène oui, à travers ce lien. Ces rapports faussés qui me maintiennent en tête une image déformée de moi qui je le sais, n'est pas ce que je suis. C'est comme si avec toi ce que j'étais au fond se battait pour émerger face aux parois d'une cage, mais c'est peine perdue. Car je sais désormais, je connais tes torts, je sais comme tu m'aurais ignorée si nous avions été dans la même classe, je sais comme mes côtés atypiques et rêveurs t'ont attiré pendant un temps comme attire une pacotille brillante, avant que tu t'en lasses. Et comme le dit le film, "je ne m'aime pas, là, quand je te parle". Je n'aime pas mon ton, mes mots, ma manière de réagir. Comme je n'aime pas les tiens. Je perds qui je suis, en faisant cela. Je perds le sens des choses.
Si j'ai attendu si longtemps, c'est sûrement en raison du souvenir si doux et suranné que j'ai de ces premiers moments, où je me suis sentie vivante, tellement vivante. Que je n'acceptais pas de croire que c'était ce que tu étais réellement, cette pantomime, cette personne aux dires que je trouve désormais lassants, caricaturaux, enfantins.
Tu ne me feras pas croire que tu as compris en remuant éternellement les cendres d'un amour sali, ou en restant dans ce même discours de plaintes et de détails sujets à critique, si bas, face à ce que je peux imaginer de ce que peuvent partager deux êtres. Le pire serait que tu ne t'en rendes pas compte. Que tu ne te rendes pas compte, d'à quel point tu salis les choses. Si tu étais mature, tu reviendrais vers moi pour dire des choses qui comptent.
Je ne perdrai plus aucune seconde pour toi, et à aucun moment, ne serait-ce que par respect envers moi-même, je ne me montrerai plus jamais tolérante quant au fait d'excuser les comportements mesquins de quelqu'un qui m'a fait ainsi me brouiller avec ma famille et me remettre en question quant à mon identité et à mes buts.
À toi de saisir tout cela désormais, et à moi de retrouver qui je suis.
 
Dernière édition:

Lune35

Initié(e)
Guide
Thanos
Inscrit
27/5/19
Messages
291
Réactions
294
Désolée, je cherche le plus loin possible mais je ne trouve pas
Il me semble que je ne peux rien pour toi
Seulement t'encourager, je crois

Je pourrais créer un topic mais il y en a trop et puis comment te justifierais-je ma réponse ?
J'ai mal pour toi ... Tu étais tellement chou !
Passe un bon week-end malgré tout, avec la pensée que nous sommes avec toi !
 

Eresfan

Voyageur spirituel
Thanos
Inscrit
6/2/19
Messages
126
Réactions
79
Ouah je suis en train de refaire la playlist de musique quand j'était jeune , j'avais quand même de bon goûts musicaux à l'époque
 

Babbie

Grand(e) sage
Inscrit
8/8/15
Messages
668
Réactions
23
5 ans en arrière, t’étais déjà dans tes études, sans potes, et personne dans ta vie. 5 ans après, toujours en études, pas vraiment de potes enfin personne avec qui passer des soirées à portée de main et plus personne dans ta vie. Bravo, t’as bien avancer. J’ai envie de me donner des baffes. Un petit séjour en hôpital psy ? Ah bah non c’est déjà fait. T’auras au moins fait le tour de ta propre folie.

J’en peux plus...
 

Mae'

Reborn / Reformed
Thanos
Inscrit
20/2/13
Messages
3 389
Réactions
32
C'est tellement bizarre cette sensation qui m'habite : j'ressens le besoin de me défouler dans un bullet journal ou même ici puis quand j'me retrouve à réfléchir comment formuler ce que j'ai en tête, il n'y a plus rien qui sort.. So what's next ?
 

Babbie

Grand(e) sage
Inscrit
8/8/15
Messages
668
Réactions
23
Ma vie est une catastrophe. Si on peut appeler ça une vie. J’ai envie de disparaître.
 
Auteur du sujet Sujets similaires Forum Réponses Date
Kala Babillard & pensée du jour ✍️ 0
Sujets similaires
Annonce Principe du babillard
Haut