Quoi de neuf ?

Inceste pendant mon enfance, les conséquences aujourd'hui

  • Auteur de la discussion leji
  • Date de début

leji

Vagabond(e)
Inscrit
9/1/19
Messages
1
Réactions
0
Ce que je cherche en postant ceci est un avis sur une partie de ce que je vais dire. Même si c'est ce dont je vais parler en premier je préfère qu'on ne se prononce pas à propos de ce qui s'est passé quand j'étais petite.

Avant ça je préviens juste que ce que j'ai écrit est un peu trash alors si vous êtes sensible ou que vous aimez pas les choses trash je préfère pas que vous lisiez mais voila

J'ai commencé très tôt à avoir des secrets, et dès lors j'ai tout fait pour les cacher.

Aussi loin que je m'en souvienne le monde que je vois n'a toujours été qu'un jeu vidéo, composé d'images qui ne font pas sens dans ma tête et de gens qui ne sont que des idées, résumables en lignes de code et qui réagiront toujours pareils quoi que tu leurs dises. Des PNJ dans un jeu vidéo.

C'est comme ça que je vis la déréalisation, je sais que je n'ai pas toujours été comme ça mais je ne me rappelle pas du monde avant ça.

J'ai l'impression que ma vie de maintenant a commencé quand je me suis rappelé de ce qu'on m'a fait.
Je suppose qu'un jour un démon est tombé du ciel et s'est incarné dans mon oncle. C'est sur moi qu'il a exteriorisé ses passions dégueulasses alors que j'avais 8 ans.

Il m'a retourné la tête en m'apprenant des choses que je n'ai pas retenu littéralement mais qui ont été gravées inconsciemment dans mon cerveau. Il me disait que ce qui se passait était normal, et que quand un homme te demandait de faire ces choses il fallait accepter de le faire. Il me disait que si je me laissais pas faire ou que je le disais à quelqu'un tout le monde aurait honte de moi et qu'il devrait recommencer en étant brutal. Il a fait de moi le petit lapin sensible que je suis aujourd'hui, celui qui sursaute quand quelqu'un arrive par derrière ou qu'un truc tombe par terre en faisant beaucoup de bruit d'un seul coup.

Je sais que c'est arrivé plus d'une fois, j'ai des images, d'un regard, de d'autres choses, j'ai quelques paroles, les plus importantes, je ne me rappelle pas avoir fait quoi que ce soit. Ce dont je me rappelle est déjà bien assez suffisant pour mon cerveau cassé.

Il y a un phénomène qui s'appelle l'amnésie traumatique qui m'a fait oublié ça pendant plusieurs années. Les seules choses qui en transparaissait sont les suivantes ; je trouvais le sexe sale depuis toujours, je détestais que mes parents embrassent leur copain/copine devant moi, je ne pouvais pas entendre les blagues de sexe, j'avais plus d'amis fille que d'amis garçons, je n'étais pas émoustillée par quelque hormone que ce soit.

À 15 ans, un de mes amis d'enfance que je connaissais depuis mes 5 ans a commencé à me plaire. C'est la première fois que je ressentais ça. En fait c'était génial, je le vois toujours l'été quand je suis dans la maison de sa famille à la mer, les plus beaux souvenirs de ma vie sont en partie ceux que j'ai passé avec lui et mes autres amis d'enfance de la bas. À ces pensées de mer de sable et de délires entre amis qui ont grandi ensemble se sont ajouté une envie de le regarder d'être regardée et qu'on se raconte nos vies pendant des heures en se promenant sur la plage.

C'est la même année que je me suis réveillée un matin d'été avec ses mains qui m'aggripaient allègrement les fesses. Comment réagir quand celui dont je rêvais innocemment se collait à mon dos, que je sentais quelque chose de dur et qu'il commençait aussi à passer sa main dans mes sous-vêtements. J'ai tremblé tremblé je pouvais pas contrôler mes jambes mais je voulais pas qu'il me voit réveillée car j'étais incapable de réagir à ça. Et je ne pouvais pas le regarder avec mes yeux ouverts alors qu'il était désormais un des pervers psychopathes. Je pouvais pas contrôler mes tremblements alors j'ai mimé celle qui se réveille pour qu'il arrête. Il m'a demandé si je dormais j'ai dit oui, il m'a demandé pourquoi je tremblai j'ai dit que j'avais froid. Par la suite et le même été il a recommencé, à au moins deux reprises. J'ai pas été capable de lui faire face. Toujours, j'ai fait semblant de me réveiller sans rien avoir senti. Toujours il me demandait si je dormais. Toujours j'ai dit oui.

Ce n'est que 6 mois plus tard au Nouvel An que j'ai osé me réveiller lui mettre une baffe et lui dire que c'est un connard. En même temps c'était plus facile après avoir répété ces étapes dans sa tête pendant 6 mois. J'avais été sous le charme de quelqu'un qui m'a fait ça. Mon coeur a commencé à être aussi bizarre que mon cerveau.

C'est là que je me suis rappelé, mais j'en ai déjà parlé donc poursuivons le 2e problème.

Ça m'a pas empêché de lui confesser mes sentiments l'été de l'année suivante. Je n'arrivais pas à voir en lui ce qu'il était vraiment. Je ne me rendais pas compte de la gravité de ce qu'il a fait ni de ce qui m'était arrivé auparavant d'ailleurs. Les personnes qui ont vécu la même chose me comprendront mais pour les autres il faut savoir qu'il y a un déclic à avoir et que le mien ne se produit qu'au moment où j'écris. Ce qu'il s'est passé quand je lui ai dis n'a pas d'importance. Rien ne s'est passé entre nous.

Seulement l'été de l'année suivante il a essayé de se rapprocher. On se promenait sur la plage la nuit, on parlait pendant des heures on se chamaillait. Me jugez pas, mon cerveau est cassé. Je me rend compte que maintenant que c'est urgent que je me détache de mes sentiments mais à ce moment là j'y pensais pas. J'avais le cerveau d'un lapin victime de ce qui lui arrive et trop abasourdie pour comprendre que ce mec est taré et que je dois me protéger. On s'est embrassé le dernier jour avant que je parte.

L'été de l'année d'après on s'entendait bien. On rigolait aussi, on regardait des films ensemble...
Je me suis reveillée un matin dans la même situation que deux ans auparavant. Il me malaxait les seins comme s'il en avait le droit. Il me touchait à d'autres endroits.
Je ne comprend pas comment tu peux faire ça à une fille avec qui tu as grandi, que ta mère considère comme sa deuxième fille et que tu devrais vouloir protéger au lieu de la prendre pour victime de tes hormones apparemment incontrolables.

J'ai terriblement honte en repensant que je me suis laissée faire. Je me sens mal. Aujourd'hui il me reste encore des bribes de sentiment mais j'ai compris qu'il s'agissait d'une fixette, qu'il n'est pas la personne à qui je pense et que celle-ci n'existe en fait pas.
C'est moi qui me la suis créée dans ma tête quand je rêvais qu'on me protège.



Voila ce que j'aimerai qu'on me dise aujourd'hui.
Aidez moi à ne pas croire que je l'ai cherché, que ce n'est pas moi l'aguicheuse et que je suis victime de ce qui m'arrive.
J'avais des sentiments pour ce dégénéré avant qu'il fasse ça, aidez moi à m'en détacher.

Je ne cherche pas la reconnaissance même si je sais que vous allez avoir pitié seulement c'est le dernier des problèmes de mon cerveau qui arrive même plus à discerner le vrai du faux de ce que je pense dans ma tête. Je cherche juste à me détacher de lui, et à ne plus être dégoutée par moi même si c'est impossible.

Quand j'étais petite personne ne pouvait m'entendre crier mais maintenant on voit que je vais mal. Je veux aller mieux, essayer de ré oublier. Aidez moi à me détacher de lui et à ne plus être dégoutée de mon corps et de ma tête

Merci
 

Jue

Star
Responsable
Super-héro
Inscrit
18/8/15
Messages
1 691
Réactions
10
Wow, tu as vraiment vécu des choses lourdes. Ce n'est donc en rien étonnant si ta perception de certaines choses est parfois biaisée.
Ce garçon t'a agressé sexuellement, c'est de sa faute et uniquement de sa faute. Tu n'es en rien coupable, juste la victime d'un connard qui s'imagine qu'il a des droits sur toi pour je ne sais quelle raison obscure.
 

champion66

Apprenti(e)
Inscrit
16/9/18
Messages
62
Réactions
0
A ce que j'ai compris le garçon te plaisait, tu as passé chaques vacances avec lui et vous dormiez ensemble, sauf que lorsque qu'il tente de se rapprocher tu le voit comme un pervers psychopathe. C'est ridicule. Peut-etre qu'il y est allé un peu rapidement, mais si tu te laisses faire c'est normal qu'il continue. Un simple "non", juste 3 lettres, une syllabe à dire et c'était fini. Mais non tu te laisse faire alors que tu as pleinement la possibilité d'arrêter ça et ensuite tu te fais passer pour une victime. C'est ça qui est ridicule.
 

Jue

Star
Responsable
Super-héro
Inscrit
18/8/15
Messages
1 691
Réactions
10
Alors non, c'est pas normal de toucher une personne quand elle dort, puisque que si elle dort elle n'est pas consentante. Ce n'est pas normal de continuer parce qu'on pense qu'elle dort ou parce qu'elle ne dit pas non. En fait si elle ne dit pas oui ou ne montre pas de signe exprimant son consentement ce n'est pas normal.
Et quand tu te fais agresser sexuellement, surtout si tu as déjà eu ce genre de problèmes, tu as tendance à te tétaniser voir à vivre la scène comme si tu étais sorti de ton corps.
Donc non, elle ne se fait pas passer pour une victime, elle a été victime d'une agression sexuelle, ce serait bien de ne pas rejeter la faute sur elle.
Ce n'est pas parce qu'elle a dormi avec lui qu'elle veut coucher avec lui, d'autant plus qu'ils ont été élevés ensemble, à priori presque comme des frères et sœurs. Elle aurait dû pouvoir dormir avec lui sans risquer de se faire toucher comme ça, les hommes ne sont pas des bêtes incapables de contrôler leurs pulsions, faut arrêter deux secondes là.
 


Membres connectés sur le chat

  • Il n'y a pas un chat.
Haut

AdBlock détecté

Certes, les pubs c'est ennuyant...

Et bien évidemment, les bloqueurs de publicité font un travail merveilleux en bloquant la pub. Cependant, ils interfèrent avec certaines fonctionnalités importantes du site. Pour la meilleure expérience possible, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités.

Merci pour votre compréhension et pour votre coopération.

J'ai désactivé AdBlock